Concours de dessins

Petit coup de pub pour le concours de dessins que j’ai lancé il y a quelques mois déjà et pour lequel je commence seulement à démarcher…

Je ne vais pas répéter tout ce que je dis dans la section News du site, je me contenterai donc d’un lien :

Appel à illustrations pour le deuxième tome des Enfants de l’Ô

J’espère que vous serez nombreux à participer ! L’an dernier, ce concours a été très apprécié par les lecteurs, mais aussi par les participants, dont plusieurs m’ont dit qu’ils s’étaient bien amusés.

Donc si vous dessinez, à vos crayons ! Et si vous ne dessinez pas, faites de la pub autour de vous ^^

Comme pour le concours précédent, les illustrations seront choisies par un jury indépendant des participants, constitué d’un lecteur, d’un écrivain et d’un illustrateur (qui ne participera évidemment pas au concours). Si vous voulez postuler, c’est dans les commentaires !

Des avantages et des inconvénients du plan

Comme vous le savez tous, à présent (enfin, je pense), je me suis engagée à écrire 1000 mots par jour. Promesse tenue jusqu’à maintenant, à l’exception de mon voyage à Nice (il me reste encore 4800 mots à rattraper). En conséquence de quoi, j’avance plutôt bien dans le roman, puisque j’ai terminé hier soir le chapitre XIII-5.

Cependant, je me suis dit qu’il était plus que temps de faire un plan, histoire de ne pas partir dans tous les sens si près de la fin (enfin, près de la fin, il reste au moins la moitié, mais passons). Je me suis donc traînée jusqu’à la plage (ça, je le mets juste pour vous dégoûter), j’ai pris mon papier, mon stylo, et ma feuille d’éléments à placer avant la fin (oui, j’avais quand même un truc comme ça, malgré mon absence totale d’organisation. Notez bien que j’ai mis plusieurs heures à le retrouver, ce qui tend à prouver son utilisation fréquente et régulière…).

J’ai passé une petite demi-heure à faire le plan des trois prochains chapitres, avec, à côté de chaque scène, une approximation du nombre de pages, afin d’être sûre de ne pas avoir un chapitre de trente pages puis un autre de cinq…

J’en viens au sujet de cette entrée, à savoir les avantages et les inconvénients du plan. Là, beaucoup vont dire (enfin, les deux trois personnes qui viennent sur le blog) que le plan, c’est génial, que c’est indispensable, que c’est la clé de voûte du roman, la huitième merveille du monde, et que sans plan, un roman est forcément nul et déstructuré. Je pense qu’un plan est parfois nécessaire, mais que bien souvent, à vouloir trop détailler, on perd l’essentiel : la spontanéité du récit. Et pour moi, la création d’un plan hyper détaillé représenterait à coup sûr la mort du roman, car mon petit plaisir, c’est de me laisser porter par l’histoire et de la découvrir en même temps que je l’écris. Si je fais plusieurs semaines de préparation pour ne rien laisser au hasard, je ne deviens plus qu’une rédactrice, et ça m’ôte tout le plaisir de l’écriture. En plus, cela empêcherait mes personnages de prendre le contrôle et enlèverait leur réalisme.

Néanmoins, un plan présente évidemment de nombreux avantages, sinon, personne n’en ferait. Bien souvent, il nous permet de remarquer LA grosse incohérence que nous avions négligée, et surtout, il donne un cheminement logique à l’histoire, cheminement que j’ai parfois tendance à perdre de vue dans les Enfants de l’Ô à cause des nombreuses intrigues en parallèle, et surtout, de la longueur du roman (un peu plus de mille pages à ce jour. Et NON, François, je n’ai pas l’intention de couper pour en faire un bouquin de 150 pages, pas la peine de le proposer dans les commentaires ^^ Je te connais !). A chaque fois que j’arrive vers la fin d’une partie (enfin, d’un tome, vu que j’ai finalement opté pour ce terme), je fais un plan pour les cinq à six derniers chapitres, pour être sûre de ne rien oublier. Evidemment, je ne suis qu’à moitié ce plan, mais au moins, il me permet de me mettre les idées au clair.

Ici, comme il s’agit du tome final d’un cycle, beaucoup de réponses sont données (pas autant que vous ne le voudriez, je le crains…), et je clos plusieurs intrigues (on va savoir qui est la femme en noir :)). Donc je m’y prends un peu plus à l’avance que d’habitude.

Mes plans sont très succins, ils présentent les scènes (sans aucun détail, juste « Scène Lúka + Line à propos de machin truc ») avec une approximation du nombre de pages. C’est tout. Ce sont désormais mes nouvelles balises, que je décide de respecter, et entre lesquelles j’ai bien sûr le champ libre pour rajouter quelque chose. Ce qui fait qu’en règle générale, si je décide de faire un plan pour les chapitres 14, 15, 16 et 17, bien souvent, j’arrive au chapitre 17 tout en étant encore, au niveau des balises, à l’action du chapitre 15. Du coup, je refais un plan, avec les nouveaux éléments.

Et vous, avec ou sans plan ? J’ai déjà évoqué le problème du plan dans Méthode de travail, mais je voulais m’y attarder un peu plus.

De la difficulté de créer une ville, et par extension, un monde.

Jusqu’à maintenant, j’ai toujours choisi la facilité : descriptions pauvres, points de vue de personnages connaissant la ville, donc parti pris de ne pas la décrire (vous vous arrêtez souvent, vous, en admiration devant votre ville natale, pour passer en revue l’histoire de sa construction et son architecture ? En tout cas, moi, ça ne m’est jamais arrivé). Mais là, mon couple de personnages arrive dans une nouvelle ville, qu’ils ne connaissent ni l’un ni l’autre, et qui est suffisamment différente de tout ce qu’ils ont vu jusqu’à présent pour qu’ils en soient étonnés et la décrivent.

Sauf que voilà, du coup, il faut que je l’invente, cette ville… Et vu comme j’étais partie, je décrivais une ville en plein désert sortie de nulle part. Heureusement, Lily est plus experte que moi dans ce domaine et m’a rappelé quelques règles de base :

  • construire près d’un point d’eau conséquent
  • utiliser les matériaux présents sur place
  • réfléchir au nombre d’habitants de la ville et l’adapter en conséquence
  • prendre exemple sur des villes construites récemment

Elle a aussi proposé des trucs sympas, genre les quartiers à thèmes. Mais étant une habituée de New York et d’autres grandes villes, c’était probablement le seul truc auquel j’avais pensé toute seule. Je me suis dit que des colons risquaient d’être nostalgiques de leur patrie d’origine et de reprendre certains de ses symboles. On le voit bien, d’ailleurs, avec les Etats Unis. Combien de villes portent le nom de villes européennes ?

Alors voilà, je me sens bien de mettre l’Opera de Sydney ou un autre bâtiment marrant en plein milieu de la ville. Grâce à Lily, ma ville est construite au bord de l’océan, et la vieille ville, conservée comme souvent, est composée de bâtiments de brique rouge :)

J’ai choisi des métros aériens et souterrains pour les transports, ainsi que quelques bus. (Et là, vous vous dites, ok, on a compris, ta ville, c’est New York) Et comme ils avaient plein de place, il y a beaucoup de jardins et de grands espaces. Et ils profitent aussi de la présence du port et de l’océan pour avoir de sympathiques petits ékranoplanes qui font les plus longs trajets (un grand merci à mon chéri pour l’histoire des ékranoplanes, d’ailleurs !).

Bref, ça commence à prendre forme, mais ce n’était pas facile. Et, chose très marrante, je viens de trouver sur mon ordinateur une image qui est à peu de choses près ce que je veux pour ma ville. C’est drôle, la personne qui a créé cette ville a aussi pensé à remettre des monuments symboliques importants. (clic droit sur l’image pour l’avoir en plus grand, afficher l’image)

Après, du coup, je me suis posé toutes sortes de questions sur le monde où se déroule l’action des Enfants de l’Ô. J’ai décidé de laisser tomber le nom Lambda pour la planète, car maintenant, Alpha, Lambda, Epsilon, tous ces charmants endroits aux noms d’une époustouflante originalité se trouvent sur une seule et même planète, et j’espère bien que vous allez m’aider à trouver un nom génial, parce que vous avez pu constater que ce n’était pas mon point fort ^^

Et là… Mon copain, comme toujours, pose le doigt sur les problèmes… Quel pourcentage de terres émergées ? Combien d’heures pour la rotation de la planète sur elle-même ? Quel diamètre ? Et moi, ben… « Euh, comme la Terre ! » Oui, je sais, la probabilité de trouver une exoplanète de la même taille que la Terre, qui a la même durée de rotation sur elle-même, qui a la même durée de rotation autour de son soleil (à noter que leur soleil est de la même classe que le nôtre), qui a la même atmosphère, un climat similaire, etc. etc., approche le zéro absolu. Mais bon. Du coup, j’ai décidé de faire de cette faiblesse une force ! Je n’en dis pas plus pour le moment (surtout que je n’ai pas encore vraiment déterminé comment j’allais faire ça).

Dites, les écrivains de fantasy parmi vous, les créateurs de monde, tout ça, est-ce que vous connaissez un bon logiciel pour dessiner la carte d’une planète ? Mon copain en a besoin pour dessiner la planète.
D’autre part, est-ce que vous auriez des conseils ou des trucs à ne pas négliger ? Merci d’avance !

Et n’hésitez pas à partager ici vos expériences — désastreuses ou non — de création de villes ou de planètes !

Nice – Festival du Livre – 27 au 30 juin 2008

Avec Gaby (Cécile D.), nous nous sommes rendues au Festival du Livre, à Nice. Habitant Marseille, elle me rejoignait là-bas vendredi matin, puisqu’elle venait en voiture. De mon côté, réveil difficile à 5h du matin (couchée la veille à 1h, pas pu dormir avant 2h30… vous imaginez la tête de déterrée que j’avais), puis départ pour l’aéroport. Vive EasyJet et ses prix bas ! (je n’aurais jamais cru dire ça un jour, fervente adoratrice de Swissair, puis de Swiss (pour ceux qui ne le savent pas, j’ai bossé pendant des années pour Swissport, ex-Swissair, comme hôtesse d’accueil, et je ne voyageais évidemment qu’avec Swissair, puis Swiss)) Départ à 6h50 (et un petit conseil aux futurs passagers : quand il s’agit d’un embarquement par bus, ça ne sert à rien de pousser tout le monde pour arriver en premier dans le bus. Montée bonne dernière, je suis sortie la première, héhé ^^ La feinte !), arrivée à Nice à 7h20. L’aéroport de Nice, à 7h20 du matin, c’est un peu désert. Tout est fermé, on l’impression d’être dans le film Le Terminal, l’aéroport est à nous !!! Bus direction gare SNCF, la nana me conseille de descendre à Thiers-Gambetta, heureusement pour moi, le bus s’arrête direct au terminus, et l’hôtel est super proche. Au début, gros doute : je suis entourée de sex-shops… Je me dis, ça y est, c’est un hôtel de passes… Mais non, l’hôtel est très bien, la chambre est déjà dispo, je m’allonge un moment avec bonheur. Coup de fil de Gaby, je descends la chercher, nous montons ses affaires (l’ascenseur est trop spécial, il grince, et les grincements font une petite chanson…).

Gaby est vraiment super sympa, nous nous entendons tout de suite :) Comme moi, elle aime charrier les gens et faire des blagues débiles. C’est donc un merveilleux séjour qui nous attend ! Nous descendons vers le jardin Albert Ier, lieu du festival. On trouve ça vraiment très petit, jusqu’à ce qu’on réalise que ce n’était que la moitié. Mais bon, ce n’est quand même pas très grand. Sur place, des affiches taille humaine de Marc Lévy nous font beaucoup rire, on se dit qu’on va se faire prendre en photo avec sa statue en pied avec l’auteur à côté qui nous regarde d’un air incrédule et vexé, mais finalement, on oublie ^^ La plupart des auteurs n’arriveront que l’après-midi. Nous faisons connaissance avec Julien Roccia, avec qui j’avais discuté sur Facebook. Puis, direction le McDo pour acheter des salades, et la plage !

Ce que nous découvrons, c’est que la plage de Nice est peuplée de galets meurtriers, vicieux et fourbes, et de mouettes génétiquement modifiées, qui font la taille d’un chien et qui nous regardent d’un oeil torve, prêtes à bondir pour nous piquer notre pitance. Nous rentrons à l’hôtel et mettons nos maillots de bain, puis redescendons au festival. Là, Gaby se fait dédicacer une BD et je pars voir Bernard Werber, avec qui je vais boire un verre. (et là, les fans vont me détester, parce que je découvre le titre et la couv de son livre, celui qui sort en octobre et dont le titre « est encore tenu secret », ainsi que le synopsis de son nouveau film, sauf que… avec ma mémoire de poisson rouge, je ne retiens pas le titre du livre, et pas particulièrement curieuse, je ne lis pas le synopsis.) Moment très sympathique, mais bon, il doit retourner bosser, et Gaby me cherche.

Direction la plage, et là, nous expérimentons toute l’horreur qui se cache derrière les abominables galets. (ou bien c’était avant ? Je ne me souviens déjà plus. Mémoire de poisson rouge, je vous dis !) L’eau est chaude, mais les galets qui tuent nous gâchent le plaisir. Le soir, nous nous baladons en ville, après un dîner juste à côté de l’hôtel et un stop au magasin du coin pour acheter du shampoing.

Le lendemain, après un petit déj’ pas terrible terrible (à mon avis) pris à l’hôtel, direction le festival, puis la vieille ville. Nous nous nourrissons de glaces aux parfums improbables (j’ai pris cactus et fleur d’oranger ! Mais il y avait aussi olive noire, tomate basilic… Gaby fait sa goinfre et sa chocolate-junkie et prend trois boules chocolat : normal, nutella et chocolat blanc ^^). Nous montons tout en haut d’une colline pour admirer la vue et prendre des photos dans le cimetière, au moins, ça ne fait pas trop touriste de base… Je me ruine en achetant une superbe turquoise du Népal en forme de goutte, cerclée d’argent. Mais bon, ça fait un bail que j’en cherchais une, alors tant pis pour le prix !

Retour au festival, où Gaby confie des livres de Guillaume Musso à la vendeuse pour qu’il les dédicace. Marc Lévy est très pris, ça aurait été le bon moment de faire une photo avec sa statue ^^ Guillaume Musso se fait désirer, une longue file de fans fond sous le soleil. Retour à l’hôtel pour se rafraîchir avec une bonne douche, prendre nos serviettes de bain et nos maillots, et on repart vers le festival.

Là, petite parenthèse : Gaby, quand tu es partie dimanche, devine ce que j’ai découvert : pour aller au jardin Albert Ier, il suffisait de descendre la rue Alsace-Lorraine jusqu’à Jean Médecin, et de suivre Jean Médecin tout droit… LOL !!! Impossible de se perdre, et trois fois plus rapide… Quand je pense qu’on craignait tout le temps de se paumer…

Je me mets en maillot sur un coin de jardin pour commencer la correction d’Entrechats, puis je décide d’aller refaire un coucou à Bernard, assailli par ses fans hystériques. Je pense que toutes les filles me détestent, à présent. Bref, je ne m’étendrai pas davantage ^^ (et le premier qui trouve un double sens à cette phrase et le clame haut et fort, je le retrouve et je l’étrangle). A mon retour, Gaby va chercher ses exemplaires de Musso et parle un peu avec lui. Nous partons ensuite au McDo chercher de la bectance, puis direction la plage (oui oui, mais cette fois, on a compris, on s’est acheté des tongs !). Mais bon, l’eau est un peu froide. Nous rentrons tôt à l’hôtel, toutes les deux crevées, et puis j’ai un rencart (sauf que finalement ça ne se fera pas. Deuxième lapin en deux jours, je vais finir par me vexer, moi !). Nous discutons jusqu’à pas d’heure, c’est vraiment super sympa !

Le lendemain, posées à la terrasse d’un café, nous discutons de plein de trucs, et en particulier de l’inactivation aléatoire du chromosome X chez la femme par le gène Xist… Oui, je sais, je suis un peu étrange, parfois, cherchez pas à comprendre… Là, une dame assise à la table près de nous se mêle à la conversation en disant qu’elle a trouvé mon explication très intéressante. Nous commençons à discuter toutes les trois, elle est prof à la fac de lettres de Nice, du coup, hop, j’en profite pour faire la pub du roman de Gaby, et elle la pub du mien :) Nous échangeons cartes et adresses mail. Malheureusement, Gaby doit déjà partir. Je l’imite peu après, direction le festival (et c’est là que je découvre le chemin SIMPLE pour y aller ^^). Je vais boire un café avec Jacques Mondoloni, un homme charmant et vraiment très intéressant. J’ai d’ailleurs acheté son livre Les Goulags Mous, et je me réjouis de le commencer dès que ma pile à lire de trois kilomètres de haut aura un peu diminué… Jacques doit retourner bosser, je me retrouve à discuter avec un homme assis à notre table, et là, discussion passionnante !!! Nous parlons pendant plus de deux heures, de plein de sujets. Vraiment, c’est dingue les rencontres que l’on peut parfois faire par hasard ! (Marc, si tu passes par-là, c’est bien de toi que je parle !) Je zone un peu entre les stands, je sympathise avec des fans de Bernard, puis je vais à sa conférence. Puis, comme je suis claquée de chez claquée, je rentre à l’hôtel, raccompagnée par un jeune fan de SF (non, les gens, ne vous imaginez pas des choses, nous sommes juste allés prendre un verre ensemble !). Ensuite, dodo pendant un moment. Je déprime un peu, le contrecoup de la fatigue et du départ de Gaby. Je décide d’aller faire un tour sur la place Massena, histoire de manger quelque chose (je n’ai RIEN mangé de la journée). Arrêt miam-miam au Quick, puis j’admire les super statues qui changent de couleur. Retour à l’hôtel, apparemment, c’est l’Espagne qui gagne, on s’empresse de me le dire comme si ça pouvait m’intéresser. Là, dodo immédiat, je suis vraiment trop naze.

Le lendemain, je vais faire les boutiques, mais je n’achète RIEN ! Est-ce possible ? Ben oui, vu qu’il me reste 13€… lol. Les bagages sont fait, je pars pour l’aéroport, comme à mon habitude j’embarque en dernier (je préfère attendre dans la salle d’attente que debout avec tous les débiles). Un gars me dit « You really want to be the last ? » « No, but there’s no point in standing here and waiting if you can seat and wait… »

Dans l’avion, je commence L’Ombre de Vent, offert par Gaby, et j’accroche à fond ! Bon, je n’ai pas continué, vu que j’ai dix mille trucs plus urgents (administration, impôts, que des trucs sympas, quoi) qui attendent mon retour avec impatience. Arrivée à Genève, le bagage met trois plombes à arriver, je chope juste le train pour la gare, puis le train pour chez moi. Je suis quand même super contente de rentrer et de retrouver la Kosh qui n’en peut plus de miauler et de se rouler par terre en faisant l’étoile et le tuyau.

Nice, c’est fini, mais l’an prochain, j’y retourne, avec des sandales en plastique !!!

Et…

17 cm, MGM !