De la difficulté de créer une ville, et par extension, un monde.

Jusqu’à maintenant, j’ai toujours choisi la facilité : descriptions pauvres, points de vue de personnages connaissant la ville, donc parti pris de ne pas la décrire (vous vous arrêtez souvent, vous, en admiration devant votre ville natale, pour passer en revue l’histoire de sa construction et son architecture ? En tout cas, moi, ça ne m’est jamais arrivé). Mais là, mon couple de personnages arrive dans une nouvelle ville, qu’ils ne connaissent ni l’un ni l’autre, et qui est suffisamment différente de tout ce qu’ils ont vu jusqu’à présent pour qu’ils en soient étonnés et la décrivent.

Sauf que voilà, du coup, il faut que je l’invente, cette ville… Et vu comme j’étais partie, je décrivais une ville en plein désert sortie de nulle part. Heureusement, Lily est plus experte que moi dans ce domaine et m’a rappelé quelques règles de base :

  • construire près d’un point d’eau conséquent
  • utiliser les matériaux présents sur place
  • réfléchir au nombre d’habitants de la ville et l’adapter en conséquence
  • prendre exemple sur des villes construites récemment

Elle a aussi proposé des trucs sympas, genre les quartiers à thèmes. Mais étant une habituée de New York et d’autres grandes villes, c’était probablement le seul truc auquel j’avais pensé toute seule. Je me suis dit que des colons risquaient d’être nostalgiques de leur patrie d’origine et de reprendre certains de ses symboles. On le voit bien, d’ailleurs, avec les Etats Unis. Combien de villes portent le nom de villes européennes ?

Alors voilà, je me sens bien de mettre l’Opera de Sydney ou un autre bâtiment marrant en plein milieu de la ville. Grâce à Lily, ma ville est construite au bord de l’océan, et la vieille ville, conservée comme souvent, est composée de bâtiments de brique rouge :)

J’ai choisi des métros aériens et souterrains pour les transports, ainsi que quelques bus. (Et là, vous vous dites, ok, on a compris, ta ville, c’est New York) Et comme ils avaient plein de place, il y a beaucoup de jardins et de grands espaces. Et ils profitent aussi de la présence du port et de l’océan pour avoir de sympathiques petits ékranoplanes qui font les plus longs trajets (un grand merci à mon chéri pour l’histoire des ékranoplanes, d’ailleurs !).

Bref, ça commence à prendre forme, mais ce n’était pas facile. Et, chose très marrante, je viens de trouver sur mon ordinateur une image qui est à peu de choses près ce que je veux pour ma ville. C’est drôle, la personne qui a créé cette ville a aussi pensé à remettre des monuments symboliques importants. (clic droit sur l’image pour l’avoir en plus grand, afficher l’image)

Après, du coup, je me suis posé toutes sortes de questions sur le monde où se déroule l’action des Enfants de l’Ô. J’ai décidé de laisser tomber le nom Lambda pour la planète, car maintenant, Alpha, Lambda, Epsilon, tous ces charmants endroits aux noms d’une époustouflante originalité se trouvent sur une seule et même planète, et j’espère bien que vous allez m’aider à trouver un nom génial, parce que vous avez pu constater que ce n’était pas mon point fort ^^

Et là… Mon copain, comme toujours, pose le doigt sur les problèmes… Quel pourcentage de terres émergées ? Combien d’heures pour la rotation de la planète sur elle-même ? Quel diamètre ? Et moi, ben… « Euh, comme la Terre ! » Oui, je sais, la probabilité de trouver une exoplanète de la même taille que la Terre, qui a la même durée de rotation sur elle-même, qui a la même durée de rotation autour de son soleil (à noter que leur soleil est de la même classe que le nôtre), qui a la même atmosphère, un climat similaire, etc. etc., approche le zéro absolu. Mais bon. Du coup, j’ai décidé de faire de cette faiblesse une force ! Je n’en dis pas plus pour le moment (surtout que je n’ai pas encore vraiment déterminé comment j’allais faire ça).

Dites, les écrivains de fantasy parmi vous, les créateurs de monde, tout ça, est-ce que vous connaissez un bon logiciel pour dessiner la carte d’une planète ? Mon copain en a besoin pour dessiner la planète.
D’autre part, est-ce que vous auriez des conseils ou des trucs à ne pas négliger ? Merci d’avance !

Et n’hésitez pas à partager ici vos expériences — désastreuses ou non — de création de villes ou de planètes !

27 réflexions sur “ De la difficulté de créer une ville, et par extension, un monde. ”

  1. J’avais même pas pensé aux monuments ^^ Mais c’est sûr que c’est important, parce qu’en fait, c’est ce que les touristes visitent, quand même :P

  2. Haha. Ouais mais moi je triche tout le temps, c’est bien connu. D’ailleurs j’ai jamais trouvé d’autre nom que celui d’Archipel pour cet autre monde (je suis pas tellement bonne pour les noms non plus), ce qui fait beaucoup trop Terremer à mon goût. (Mais mon Archipel est arrivé avant que je connaisse l’existence de Terremer, mais c’est pas tellement un super bonne excuse parce que genre ça existait bien avant. Bref.)

    Alors pour l’instant, le plus loin que ma réflexion est allée, c’est: ah ben s’il y a plein d’îles, forcément, le bateau c’est bien, et beaucoup de villages sont sur les côtes, parce que c’est surtout là que se fait le commerce. Donc si je veux un personnage qui a fait fortune, c’est sûrement en construisant des bateaux super chouettes. (Mais là je me dis, on est en pleine révolution industrielle, peut-être que des visionnaires vont tenter l’aventure aviaire bientôt. Mais non là pour l’instant c’est surtout le bateau. Et puis il y a les guides qui se font exploiter parce qu’ils créent des raccourcis entre un point et l’autre du monde, mais c’est une autre histoire.) Oui et tiens la pêche c’est un métier qui va de soi. Bien sûr on peut faire autre chose que pêcheur, mais c’est davantage à l’intérieur des terres.
    Et sinon j’ai les Grandes-Vallées qui tape sur l’Île-des-sables, mais j’ai pas encore trouvé de raison parce que pour l’instant, l’île-des-sables c’est qu’un tas de cailloux. Qui sait, peut-être que tout le charbon est là, ou bien c’est un point stratégique pour contrôler des voies maritimes importantes.
    Et le seul village que j’ai vraiment essayé d’imaginer, c’est «les îles-de-la-Madeleine rencontrent les îles grecques.» Parce que je me disais que ça serait joli.

    Mais finalement je suis en train de me diriger vers un faux huis-clos, c’est-à-dire que tout se passe au même endroit, soit sur le domaine Denoncourt, dans une campagne bien tranquille. Comme j’ai dit, je triche tout le temps.

  3. LOL. Gad, tu es tout à fait comme moi ^^ De mon côté, tout se passe soit chez Ruan et Ludméa, soit dans le Laboratoire. Des fois, ils sortent de chez eux. Des fois. Mais pas trop souvent quand même, parce qu’il faut décrire des trucs, après.
    C’est un peu comme mes trois lunes. J’ai deux super noms pour les deux premières, mais je n’ai jamais trouvé de nom pour la troisième. Du coup, la troisième n’est jamais levée, ou alors le personnage est interrompu au moment où il veut dire le nom de la troisième… la FEINTE ^^

  4. Ce qui définit la forme d’une ville, c’est le type de propriété foncière qui la domine : un pouvoir fort peut-il décider, ou pas ? La propriété est-elle privée, ou pas ? Les villes dans le désert existent : Ghardaïa (Algérie), Las Vegas, Yamoussoukro (Cote d’Ivoire) très différentes les unes des autres. La ville que tu montres, c’est vaguement New-York, avec un lac à la place du parc central. A New-York, la partie ancienne, qui s’appelait New Amsterdam, a été établie avec les règles de propriété privée à l’européenne, et la partie quadrillée avec les règles à l’américaine (on trace les rues d’abord et on attribue la propriété après).

    Un prof génial a écrit un essai génial que la composition urbaine : Pierre Riboulet, Onze leçons sur la composition urbaine. Il explicite les quatre modes principaux de composition urbaine, le mode princier (Versailles, Rome), le mode traditionnel (Gand, Florence) le mode libéral (Londres, la banlieue parisienne), le mode réglementaire (Paris, les villes soviétiques, Washington DC), Érudit et passionnant.
    http://www.amazon.fr/Onze-leç.....2859782931

  5. C’est aussi quand je lis ce genre d’articles que je suis contente d’écrire de ne pas écrire de fantasy XD Quoique… Je suis tout aussi em**** que toi pour les descriptions. La seule chose que j’aurais à conseiller, c’est de ne pas déséquilibrer au niveau de l’écriture : si tu n’as jamais fait de grandes descriptions avant, n’en met pas une « trop » fournie maintenant, sinon le tout sera un peu bancal ^^;

    ( yup, c’était un conseil purement rhétorique XD )

  6. Non non, t’inquiète pas, les descriptions restent minimalistes, et je compte en mettre un peu plus dans les trois premiers tomes pour compenser (j’ai commencer à en mettre vraiment dans le 4ème, suite à toutes sortes de réflexions justifiées de lecteurs).
    Et puis, j’écris de la SF ^^ La fantasy, c’est encore bien pire !!!

  7. Un gros LOL pour la Molvanie ^^ Et surtout pour son drapeau, le trikolor, qui ne possède que deux couleurs…
    A part ça, toi qui es architecte, tu n’as pas quelques idées originales pour ma ville futuriste ?

  8. Elle n’a pas besoin d’être futuriste : décris Berne en changeant les noms et ça ira très bien. C’e’st une typologie urbaine fascinante, Berne. Va passer un week-end à Kichiniev, c’est extra, comme ville futuriste. Ou bien, à Rome, dans le quartier EUR, de Mussolini. Vois le plan du Grand Berlin, de Hitler et Albert Speer, c’est assez génial. Lis « Les villes invisibles », d’Italo Calvino. Vois comme, dans 1984, George Orwell fait une ville futuriste en décrivant simplement Londres après les bombardements de 1944 ! Va passer une semaine au Havre ou un week-end à Royan. Ou, plus facile, ma ville natale : Créteil. Eurodisney peut convenir, aussi, pour une ville futuriste. Pour décrire New-Hong-Kong, la ville-champignon des « Chinois en Amérique », je me suis inspiré, simplement, de la zone commerciale du Mans, à côté de l’autoroute.
    Le plan Voisin, de Le Corbusier n’est pas mal, non plus, dans le genre futuriste. Inspire-toi des futuristes, justement, et des dessins d’Antonio Sant’Elia. Il y a Tony Garnier, aussi, pas mal non plus. J’ai des livres à la maison, pour tout ça. tu n’auras qu’à passer un jour. Moi, je m’en vais à Saint_Pétersbourg, prochainement, si tout va bien. Pas vraiment futuriste !

    Faut t’y faire : écrire n’est pas un divertissement mondain, c’est un dur métier qui demande du boulot.

  9. Erreur de manip’…

    que pourrais-je ajouter ? Ah ! oui : Las Vegas. Inutile d’y aller : lire Learnings from Las Vegas, de Robert Venturi, en français : L’enseignement de Las Vegas. C’est mieux en anglais, les illustrations sont meilleures. Tu sauras tout sur les canards et les hagars décorés (ducks and decorated sheds), les deux modèles de base de l’architecture d’avant-garde..

    Mais si tu lis plein de trucs sur les villes et que tu vas en visiter une ou deux, après (pas Nice, des « grossstadt », Berlin, au moins, ou Vienne), tu auras des idées facilement. Tou’ve got to get your head out of your basket.

    Méfie-toi de ce qu’on croit futuriste, ça vieillit très mal.

  10. Merci pour tous ces conseils, François !
    Las Vegas, j’y suis allée, Vienne aussi, Londres, New York, Los Angeles, Hong Kong, Bangkok, Singapour, j’en passe et des meilleures, donc les villes, ça me connaît bien.
    Au final, je n’ai pas décrit grand-chose, je me suis contentée de faire deux trois descriptions bateau, et là, je les ai casés dans une cité-U.
    Oui oui, je sais bien qu’écrivain c’est du boulot ^^ Tu parles à la fille qui a fait des mois de recherche sur différents sujets, comme l’hémoglobine, la polydactylie (là, c’est un peu triché, c’était mon sujet de master ^^ Mais j’ai quand même fait des recherches sur la polydactylie chez l’être humain, et en particulier le gène qui m’intéressait), la physiologie du système respiratoire, la gémellité, l’armée, etc. etc.
    Tu pars de quand à quand à St Petersburg ? (non, je dis ça, parce que je compte monter sur Paris cet été)

    EDIT : Sim City, c’est marrant, j’avais écrit une nouvelle sur ce jeu :) Et à part ça, je viens tout juste de recevoir la Nintendo DS en avance pour mon anni, du coup, dès que je peux, je chope Sim City (non, parce que les Sims, j’aime moyen).

  11. Visiter ne suffit pas, il faut aussi se documenter et visiter avec un œil analytique. C’est comme pour tout. Pour que ce que l’on écrit ait de l’épaisseur, même en restant léger, il faut connaître son sujet.

    La ville dont tu montres un dessin, je vois, moi, au premier coup d’œil, qu’elle ne tient pas la route. Il n’y a pas assez de circulations par rapport à la taille des bâtiments. Et la répartition trop simpliste des tours d’un côté et des monuments de l’autre est irréaliste. Elle est trop idéale/écolo, cette ville. Je n’y crois pas. En plus, qu’on n’ait pas exploité le front de mer, c’est franchement douteux !

    Je pars d’ici dix jours j’espère. Je ne sais pas quand je rentre. Je ne vais pas qu’à Saint-Petersbourg.

  12. Ne t’inquiète pas, François, moi j’ai exploité le front de mer pour en faire un port commercial et j’y ai mis des ékranoplanes pour les trajets les plus longs.
    Et je ne pense pas me taper quinze bouquins sur les villes et l’histoire de villes pour une description de 5 lignes ^^ Tu sais, je ne rentre pas tellement dans les détails, il me fallait juste les bases pour éviter de me planter. Je ne suis pas Tolkien, les descriptions hyper détaillées sur 6 pages, ça me gave un peu.
    Pour mes monuments, je pensais juste avoir des bâtiments fonctionnels à l’architecture rappelant certains bâtiments célèbres, pas une sorte de promenade culturelle en plein milieu de la ville.
    De mon côté, les transports sont assurés de plusieurs manières : souterraine et aérienne, sans compter les bus pour les trajets les plus courts à l’intérieur des terres, et les ékranoplanes et les bateaux pour les trajets plus longs sur la côte, permettant de rejoindre les agglomérations situées en périphérie.

    St Petersburg, j’ai toujours eu envie de visiter. Prends de belles photos !!!

  13. Je ne m’inquiète pas, je n’ai pas de problèmes, c’est toi qui sembles te poser des questions sur l’invention des villes.

    J’ai bien rigolé en regardant les sites consacrés aux ékranoplanes. Il fallait bien être soviétique pour imaginer des avions volant au ras de l’eau à cette vitesse-là. On règle comment la question des priorités de passage entre bateaux de plaisance et ékranoplanes, dans ton monde ? Dans le monde soviétique, c’était simple : il n’y avait pas de bateaux de plaisance et, surtout, pas beaucoup de bateaux, puisque ceux-ci permettent de fuir.

    Bon trêve de rigolade, je ne vais pas vraiment à Saint-Pétersbourg, je ne ferai qu’y passer. Je compte aller à Mourmansk et revenir par la Scandinavie. Je retournerai à Saint-P (que j’ai déjà visité en 1979) lorsque j’aurai une amante digne de ce nom à emmener. A propos de ville futuriste, Saint-P a des projets assez fous, comme l’autoroute au-dessus du port. J’ai vu ça je ne sais où, en cherchant des renseignements.

    Pour l’instant j’ai des problèmes de bagnole. Ma petite auto rouge ne marche pas du tout, il faut que j’en achète une d’urgence.

  14. Ahhh, mince, c’est con pour ta voiture ! :(
    Pour les bateaux et les ekranoplanes, ils ne partent pas du même endroit et ont des zones de passage limitées.
    Et puis je n’ai pas dit qu’il y avait des bateaux de plaisance, juste des bateaux, pour le transport de marchandises.

    Dans le style projet futuriste, as-tu entendu parlé de Swissmetro ? Je m’en suis pas mal inspirée pour mon transcontinental.

  15. Là, j’ai fait un mix de swissmetro et d’un truc que j’avais lu dans un magazine scientifique il y a une dizaine d’années :) Mais bon, comme d’hab, j’ai pas mis trop de détails. Plus il y a de détails, plus il y a de risque de se planter (oui, je sais, je ne suis pas super courageuse…).
    Faudrait vraiment que je lise une fois Jules Verne, moi. Je crois que la dernière fois que j’ai ouvert un bouquin de lui, c’était il y a quinze ans…

  16. Le français de Jules Verne est l’un des plus beaux qui soient, très pur, très simple. Evidemment, il nous gave aujourd’hui avec ses descriptions, mais on peut les sauter (elles étaient indispensables et intéressantes au XIXe siècle, elles ne le sont plus aujourd’hui, puisque nous avons la photo et la télé).

    Une bonne source d’inspiration pour les villes, c’est Google Maps. Visiter Pékin ou Lhassa par Google Maps est une expérience stupéfiante (au sens originel : qui rend stupide). Je te recommande de visiter Minsk, aussi, et Brasilia. Va voir la ville d’Alesund, en Norvège, elle est sur un archipel, c’est assez évocateur.

  17. Pour la création d’un monde il y a de bon exemples en bande dessinée avec la série de Leo, Aldébaran, Bételgeuse et Antarès.
    La première page d’Antarès présent une description sommaire des caractéristiques des planètes par rapport à la terre et donne représentation de la planète.

    Il est possible de se faire une idée d’une carte en utilisant un éditeur de carte des jeux de stratégie comme Dune2, age of empire ou warcraft.
    Il suffit de sélectionner le type de sol ou de mer et de cliquer sur la carte. Dans le jeu il faut aussi placer les batiments, ce qui permet de se faire une idée approximative des villes. On peut aussi placer des chaînes de montagne ou des forêts etc…

  18. @Bkcine : intéressante, l’idée des cartes dans les jeux ! Mais bon, je me connais, si je télécharge un de ces jeux, je ne vais pas résister à l’envie de le tester… Et là, ben… NON. Faut que je finisse le cinquième tome, j’ai un roman à corriger, un deuxième d’ici la fin de l’été (tu avances dans tes corrections, François ?), un site web à faire, etc. etc. Je pense qu’il doit exister des applications standalone pour faire la même chose. Faut que je fasse une petite recherche sur Google.

    @François : toujours la simplicité, toi ^^ J’avais déjà testé une carte de ma planète sur feuille libre, une fois, mais ça donnait pas terrible. L’avantage d’un truc informatisé, c’est qu’après, je peux le mettre sur le site (dans les annexes, par exemple… :shy: Tout le monde me parle tout le temps de ces annexes, que je n’ai jamais remplies…).
    Je peux aussi dessiner une carte et la travailler ensuite sous photoshop, mais… je sais pas, c’est moins drôle…

  19. Evidemment il ne faut pas commencer le jeu, sinon le retard va vachement s’accumuler. :D

    Ou alors il faut faire une ébauche sur le papier et demander à quelqu’un qui puisse résister à la tentation de le faire via informatique; Mais ils sont rares…

  20. bonjour,
    je n’ai aucun talent perticulier, ni l’ecriture, ni l’archictecture, mais j’avais juste une petite idee pour le nom de la planete : pourquoi ne pas utiliser un nom de dieux grec, puisque le systeme solaire utilise les noms de dieux latins : il y en a certains que j’aime bien comme Hestia (habitat, feu sacre), Demeter (terre habite par l’homme), Gaia (Terre mere nourriciere)
    Bon je sais je ne les ai pas cherche bien loin, c’est pas original, c’etait juste comme ca.
    bon courage

  21. @Titi : c’est une excellente idée, je dois avouer que j’y avais pensé aussi, mais il faut que je vérifie tous les noms pour être sûre de ne pas prendre un nom déjà existant.
    J’ai un lexique de tous les noms de planètes et de satellites, je sens que je vais m’amuser ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>