La BRT

Vanessa a eu la gentillesse de me demander de parler de la BRT.
C’est un peu difficile d’autant qu’il n’y a aucun lien Internet pour le BRT, sauf les adresses e-mail : brt_concours@yahoo.fr et richardtuil1@yahoo.fr

Je ne sais pas si je vais y arriver… c’est pourquoi je passe la parole au  Secrétaire de la BRT, André SABATIER, qui va résumer en quelques lignes les 31 ans d’existence de la BRT :

D’abord, BRT ça veut dire quoi ?
Cela veut tout simplement dire : BIBLIOTHEQUE DE RICHARD TUIL. Elle a été fondée le 1er novembre 1977, par un jeune garçon de 12 ans et trois mois ! Et ce fut d’abord et avant tout la réalisation d’un rêve d’un gosse qui se prenait au sérieux, et de façon égoïste, c’était une « organisation » personnelle !
Mais depuis ? Et ensuite ? A force de correspondre  avec des amis, tel que l’auteur de romans historiques, Daniel KIRCHER, Richard TUIL, le fondateur, a donné à cette « institution » personnelle, une nouvelle dimension, en rédigeant des statuts et un règlement intérieur.
Après le dépôt à la préfecture fin 1995, et sa parution au Journal Officiel de la République Française en Janvier 1996, il y a  eu création des Cahiers de la BRT, fanzine un peu fourre-tout, en octobre 1996.

Depuis, et plus ou moins régulièrement (l’année 2001 ne verra la parution que d’un n° unique), les Cahiers de la BRT tiennent le cap, car les adhérants y trouvent toujours bon accueil, et quand ils écrivent c’est encore mieux. Comme l’adhésion (tout comme l’abonnement au fanzine) est absolument GRATUIT, il fait toujours bon s’y faire publier, car lu par quelques 250 à 500 personnes en moyenne, et par n°, c’est aussi par ce biais, que son fondateur y publie ses histoires fantasy plus ou moins fantaisistes, et ses autres œuvres.

Dans les pas de Roanne

Je me lance ? Je me lance…

J’ai été invitée par Ness à présenter « Dans les pas de Roanne » il y a de cela plusieurs semaines. Cependant, je ne suis pas rompue à l’exercice ce qui fait que je l’ai repoussé : je ne savais pas de quelle façon parler du projet qui m’occupe depuis des mois (presque trois ans, dans les faits) sans en dire trop, ou pas assez. La présentation n’est pas aisée. Je vais essayer de faire simple, sans vous promettre de faire court, alors prenez vos aises, installez-vous, n’hésitez pas à vous servir du café ou du thé. J’ai aussi du chocolat si vous voulez. Oui, je préfère vous prévenir : je suis chocolat-dépendante. Mais vous avez de la chance, je ne suis pas en période de manque !

Tout à commencé après l’ouverture du blog qui allait devenir mon support de prédilection : Plumes Sauvages. Il fallait bien le meubler et j’ai commencé à écrire un peu, avec un rythme presque quotidien. Très rapidement, j’ai voulu écrire en m’inspirant d’un fait réel : malgré mes précautions, mes affaires tendent toujours à s’étaler et ne pas se trouver à la place qui leur est attribuée. C’est ainsi que s’est dessiné le personnage de Niña, une lutine très particulière. J’ai commencé à imaginer l’exaspération d’une jeune femme dont la garde robe serait dérangée par l’apparition de cette Danthienne qui n’a pas son dé à coudre dans la poche.

Petit à petit, une histoire à commencé à se broder, elle a pris de l’ampleur, encouragée par les commentaires laissés sur le site par les personnes qui se sont piquées au jeu, suivant les épisodes au fur et à mesure de leur mise en ligne.

Puis est venu le temps des questions : vers quoi devait tendre l’histoire, à quel moment l’arrêter, les portes ouvertes seraient-elles toutes fermées ? Et surtout, entre temps, j’ai commencé à intervenir sur des forums et je me suis remise en cause : j’ai eu envie de progresser, d’améliorer la qualité de mon écriture en elle-même.

De ce fait, je n’ai jamais cessé de travailler l’ensemble du récit tout en terminant l’écriture du premier jet, même si le ton reste léger je me suis détachée de l’écriture spontanée, très « orale » du départ.

Actuellement j’ai entamé une nouvelle phase de corrections qui occupe mes soirées, quand je ne travaille pas sur mon autre projet, le fanzine Piments & Muscade, ou que je n’assure pas mon rôle de permanente et directrice pour le collectif CoCyclics. Je ne vais pas mentir : je ne m’ennuie pas et j’aimerais bien avoir un peu plus de temps !

Et alors, me direz-vous, il parle de quoi ce récit en ligne, pas uniquement d’une lutine qui fait de la broderie quand même ? Non, je vous rassure. Il laisse la parole à une narratrice qui se retrouve confrontée à une situation qui l’oblige à laisser son petit confort derrière elle et à faire des choix de vie, pas uniquement de garde-robe. Le tout dans un environnement fantasy très proche d’une certaine réalité mais qui m’a permis de m’affranchir des contraintes de celle-ci. J’ai essayé de donner un ton contemporain à ce récit, malgré le contexte un peu médiéval : les mœurs et dialogues des personnages sont modernes, ce que j’assume pleinement !

Le plus beau spectacle de tous les temps

C’est suffisamment rare pour être signalé : une de mes nouvelles a été publiée dans le 2ème opus du webzine Encre Dansante. A signaler également que la publication de ce webzine concorde également avec le lancement de la maison d’édition Hydromel.

Cette nouvelle me tient particulièrement à coeur, car il s’agit pour moi de ma meilleure nouvelle, avec Brad 2051. Si ça vous intéresse, vous pouvez télécharger ce webzine gratuitement.

A noter que Jean-Christophe Heckers a également publié une nouvelle dans ce fanzine, et qu’elle est excellente ! Je suis sûre que les autres nouvelles sont géniales aussi, mais comme j’écris ce billet quelques minutes après avoir découvert la parution d’Encre Dansante n°2, je ne les ai pas encore lues ! (j’avais lu celle de JC à l’époque, nous nous étions échangé nos nouvelles avant l’envoi)

Bonne lecture, et n’hésitez pas à aller visiter le site des Editions Hydromel et à leur mettre un petit mot !

Romans en ligne

Il y a déjà quelques semaines que je veux faire une entrée sur les romans en ligne du net (les bons, évidemment, sinon ça n’a aucun intérêt). Je ne parlerai que de ceux que je connais, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’autres bons romans sur le net.

EDIT : après une remarque concernant mes choix, je me rends compte que j’ai oublié de préciser qu’il s’agit de romans en ligne INEDITS. Evidemment, vous pouvez télécharger gratuitement des centaines de grands classiques dont les droits ont expiré.

Tout d’abord, honneur à mon coup de coeur absolu et éternel, j’ai nommé le talentueux Jean-Christophe Heckers. Nouvelles, poèmes, romans, il sait tout faire, et ce qu’il fait, il le fait avec talent. Vous pouvez donc sans crainte aller vous aventurer sur son site et lire ses ouvrages. Au programme : SF, littérature générale, et incursion dans la fantasy pour Antò, son petit dernier.

La deuxième, c’est la charmante Anna Galore, avec ses deux trilogies de littérature générale teintée de fantasy : l’Eternel Amoureux Errant, et Reflets Inachevés. Les deux trilogies sont liées, et chaque roman à l’intérieur d’une même trilogie peut se lire séparément des autres. Des romans à dévorer, sans aucune modération.

Une grande saga publiée par épisodes, ça ne vous rappelle rien ? ^^ Et si, il s’agit des Enfants… de Lyth, de mon amie Ephy (la coïncidence du titre est un pur hasard). Une saga avec plein de personnages, comme je les aime, un mélange de fantastique et de fantasy. Les Enfants de Lyth, c’est bien, et ça mérite plein de commentaires.

Rêveries, le site d’Elisabeth Henry, sur lequel vous pourrez retrouver ses romans à télécharger gratuitement. Elisabeth a une bonne dose d’humour et une sacrée plume. Je vous garantis que vous passerez un excellent moment en compagnie de ses personnages !

Retrouvez vos souvenirs de collège en compagnie de Charlie Bregman et de ses Impatiences Amoureuses. Avec beaucoup d’humour et un réalisme impressionnant, Charlie adulte nous parle de Charlie ado. Vous verrez, vous ne pourrez pas manquer de vous retrouver plongé plusieurs années (ou dizaines d’années) en arrière ! Publié par épisodes également.

Space Piracy, c’est le roman de SF de Linka. Tombée dedans un jour au boulot et impossible de m’arrêter ! Linka a un réel don pour les atmosphères, et ses personnages, loin des clichés habituels, sont vibrants de réalisme. En plus, Linka illustre elle-même son roman, et je peux vous dire qu’elle a un sacré coup de crayon ! Il s’agit aussi d’un roman publié par épisodes.

Et le dernier mais non le moindre, le site regroupant les nouvelles fantastiques de l’excellent auteur Thomas Desmond ! Policier, fantastique, science-fiction, épouvante, romantisme, surréalisme… Quel que soit votre genre de prédilection, vous trouverez forcément sur le site de Thomas une nouvelle qui vous plaira (et sans doute plus d’une !).

Et je ne pouvais évidemment pas parler des romans en ligne sans parler du site Alexandrie Online ! Ce site regroupe des centaines de romans téléchargeables gratuitement. Je ne les ai pas tous lus (loin s’en faut), mais ceux que j’ai lu étaient tous très bons. Mon gros coup de coeur : Elle avait grandi, par Yves Brard.

Cette liste n’est pas exhaustive, mais je voulais mettre en avant mes coups de coeur :) Je n’ai pas inclu mon roman, vu que vous le connaissez tous (au moins de nom). Et puis bon, c’est mon roman, ça peut difficilement passer pour un coup de coeur ^^

Silence radio

Je suis toujours en vie ^^

En fait, pas écrit depuis des jours, en partie parce que mes journées ont été chargées (arrivée d’un nouveau petit chat, soldes, ménage, trucs administratifs et médicaux), en partie aussi parce que j’ai une absence totale de motivation à l’idée de recopier à peu près 9000 mots faits sur feuilles libres. Certes, je pourrais reprendre l’histoire direct sur ordi là où je l’ai arrêtée sur papier et recopier le tout plus tard, mais je déteste rompre la continuité, et comme je corrige également lorsque je recopie, j’ai peur de perdre l’ambiance de départ si je recopie tout ça dans un ou deux mois…

Mais j’ai en tête une future entrée sur des romans en ligne, que j’ai envie d’écrire depuis le début de ce blog, en fait, donc d’ici demain soir normalement, il y aura du neuf ici au moins !

1000 mots par jour – le bilan

Parce que je ne vais quand même pas faire une entrée par jour simplement pour relater mes progrès, voici un petit bilan que j’éditerai au fur et à mesure.

  • 9/06/08 : 1200 mots
  • 10/06/08 : 1450 mots
  • 11/06/08 : 1100 mots
  • 12/06/08 : 1500 mots
  • 13/06/08 : crevée, déprimée, mal à la tête, rien foutu
  • 14/06/08 : 1100 mots, et j’en prévois encore au moins mille pour ce soir, histoire de rattraper la journée d’hier.
  • 15/06/08 : 1100 mots, et finalement, hier soir, j’ai réfléchi à l’histoire au lieu d’écrire. Ce n’est pas plus mal. EDIT : 2000 mots ! Eh bien, on dirait que j’ai rattrapé mon retard de vendredi ! A présent, dodo !
  • 16/06/08 : 1000 mots. Peut-être que je continuerai un peu tout à l’heure, d’ailleurs. Pour l’instant, je suis crevée. EDIT : 1600 mots. J’adore Line Paso ! :) Et le chapitre progresse bien…
  • 17/06/08 : 1020 mots. Chapitre 11 écrit aux deux tiers.
  • 18/06/08 : rien foutu, trop crevée.
  • 19/06/08 : après avoir passé la journée à dormir, j’ai planté mon copain dans un coin pour écrire mes 1000 mots. Chapitre 11 presque terminé.
  • 20/06/08 : 1400 mots. Chapitre 11 bouclé, et j’ai rattrapé 400 mots sur mon retard de 1000. Encore 600 à rattraper pour tenir mes engagements… pffff…
  • 21/06/08 : pas là de la journée, rien foutu, 1600 mots de retard…
  • 22/06/08 : je me suis bougée, et j’ai écrit 2700 mots. J’ai donc rattrapé mes 1600 mots de retard ^^ Yes !!! Chapitre 12 bien entamé.
  • 23/06/08 : les 1000 mots sont faits. J’ai eu du mal, ce soir. Pas motivée, pas concentrée.
  • 24/06/08 : 1000 mots. ça avance, ça avance… si je n’avais pas un rdv de médecin super tôt demain matin, j’aurais continué un moment, mais là, je sens que le réveil sera difficile si je ne vais pas au dodo rapidement. A part ça, promis, je vous fais bientôt une « vraie » entrée :)
  • 25/06/08 : euh… je me rappelle plus trop, mais je sais que j’ai fait mes mille mots ce jour-là.
  • 26/06/08 : journée en bateau sur le lac, rentrée à 23h00, bagages à préparer pour Nice, rien fichu.
  • 27/06/08 : Nice avec Gaby, rien fichu (enfin, si, justement, on a fait plein de trucs, mais rien qui s’apparente de près ou de loin à 1000 mots par jour !)
  • 28/06/08 : Nice…
  • 29/06/08 : Encore Nice.
  • 30/06/08 : Toujours Nice… Retour en fin d’aprem, mais trop crevée.
  • 1/07/08 : journée avec ma cousine à mettre en page son master. Après, trop crevée…
  • 2/07/08 : 1000 mots !!! Du coup, je n’ai plus que… euh… 6000 mots de retard… ouais… c’est pas gagné pour les rattraper… EDIT : 800 mots de plus, chapitre 12 terminé, ce qui porte le retard à 5200 mots. On y croit.
  • 3/07/08 : 1000 mots, péniblement écrits (pas facile quand on doit en même temps créer une ville de toutes pièces !). Retard toujours à 5200 mots.
  • 4/07/08 : 1000 mots, à nouveau. Trop fatiguée pour tenter de monter à 2000, comme je voulais le faire en début de journée. Retard : 5200 mots.
  • 5/07/08 : 1000 mots.
  • 6/07/08 : 1200 mots. Retard : 5000 mots. Je m’accroche !
  • 7/07/08 : 800 mots, interrompue par l’arrivée du chéri, et je n’allais quand même pas le laisser tout seul pour terminer mes mille mots.
  • 8/07/08 : 1400 mots, ce qui rattrape mon retard d’hier soir et amène mon retard total à 4800 mots. J’y crois toujours, mais là, je vais devoir très sérieusement faire un plan, car j’ai l’impression de partir complètement à l’aveuglette, et je ne peux pas me permettre ça dans le dernier tome.
  • 9/07/08 : rien foutu, discuté sur Facebook avec François super tard, et en plus, j’avais la migraine…
  • 10/07/08 : 1000 mots le matin, et 1000 mots le soir, revenue exprès plus tôt d’une soirée chez des amis de mes parents (mais bon, j’étais super fatiguée aussi) pour terminer mon devoir quotidien !
  • 11/07/08 : 1000 mots, et j’ai passé le premier tiers du chapitre 14. C’est fou comme on avance vite quand on se met une bonne discipline aux fesses !
  • 12/07/08 : rien du tout :( Levée trop tard pour mon propre bien, et j’ai encore dû ranger l’appart avant l’arrivée de mon cousin et de sa copine. Soirée chez les parents, terminée à 1h30, du coup, pas trop de possibilité d’écrire…
  • 13/07/08 : 2000 mots ! Et ça a été laborieux… Déjà, parce que j’ai passé toute la journée à dormir (après un premier réveil à 12h30, je me suis recouchée à 14h, puis re-réveillée à 19h, puis recouchée à 19h30, puis finalement re-réveillée à 21h, et ensuite, écriture !), mais aussi parce que j’ai une saleté de migraine… Mais bon, fallait que je m’y mette, vu que demain, ben… je ne sais pas si je vais pouvoir écrire, pour cause d’anniversaire (le mien)
  • 14 au 16 : rien du tout, évidemment. Entre la fatigue et les soirées d’anniversaire, je n’ai rien fichu.
  • 17/07/08 : 1900 mots ! Ce qui porte mon retard à… euh… 7900 mots ? grrrr… Mais bon, plutôt contente de moi, j’ai fini mon chapitre XIV-5, et je pense que mes 1900 mots sont pas mal du tout.
  • 18/07/08 : rien du tout, vu que je n’étais pas seule.
  • 19/07/08 : 1300 mots, j’ai donc rattrapé 300 mots sur le retard de la veille, mais il me reste toujours un retard considérable.
  • 20/07/08 : 1800 mots, ce qui porte le retard général à 7800 mots, mais ce retard va de nouveau prendre de l’ampleur, car je rentre demain à l’hôpital jusqu’à mercredi soir et ils ne me laissent pas mon ordi à cause des interférences, puis, je pars jeudi matin jusqu’à lundi après-midi… Pas facile… pfff… la tâche me semble presque insurmontable.
  • 21/07/08 : rien foutu, vu que j’ai passé une partie de la nuit à discuter avec François et Maxine sur Facebook (pas moyen de dormir) et qu’évidemment, le matin, je n’arrivais pas à me lever. Et puis le fait de devoir partir pour l’hôpital à 14h15 n’a pas aidé.
  • 22/07/08 et 23/07/08 : j’ai écrit à peu près 6000 mots, selon mes estimations sur papier libre. Ce qui élimine le retard de la veille et porte le retard général à 4800 mots. Ça baisse, ça baisse !!! Mais bon, vu que je pars cinq jours en vacances, le retard va remonter en flèche…
  • 24/07/08 au 04/08/08 : environ 3000 mots écrits, donc gros gros retard. J’arrête de compter, ça va me déprimer ^^

4èmes Nuits des Ecrivains

Vous l’attendiez tous avec impatience (faites semblant, au moins), le compte-rendu du salon de St Paul de Vence est arrivé !!!

Je suis retournée à Nice, j’ai été squater chez Emmanuelle, et nous avons été à St Paul de Vence pour les Nuits des Ecrivains. A la base, le principe, c’est un petit salon qui permet aux gens de discuter un peu avec les auteurs (enfin, je crois). J’ai été surprise par le manque d’affluence, mais Emmanuelle m’a dit qu’il y avait encore moins de monde pour les autres dates (dans d’autres villes).

Elle m’a présenté deux auteurs super sympas : Daniel Angelo et Thierry Serfaty. Nous nous balladons un peu dans la ville (très jolie ville, médiévale, avec des trucs super chers pour les touristes et des galeries d’art. Ça ressemble un tout petit peu à la vieille ville de Genève), puis nous revenons pile on time pour la conférence animée par Patrice Zehr. Nous décidons de jouer les groupies, nous nous installons au premier rang, dégainons nos appareils photo, et mitraillons, à grand renfort de gloussements (pour vraiment faire groupies). Après la conférence (très intéressante), séance photos ! Fidèle à moi-même, je pose sur les genoux de Thierry et de Daniel et j’incite Emmanuelle à en faire autant. La voilà corrompue, c’est son chéri qui va pas être content :postP:

Thierry et Daniel sont adorables, je discute un bon moment avec eux : techniques d’écriture, inspiration, édition… Deux auteurs complètement abordables, proches des lecteurs, pas grosse tête pour un sou, et qui ont su rester humbles, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

Dîner avec les parents d’Emmanuelle, qui m’ont invitée ! (merci à vous deux si vous passez par-là !) On se paie un peu la tête du pauvre serveur, qui doit regretter de s’être levé ce matin-là. Faut dire que je suis très très taquine, j’aime bien emmerder les gens, c’est mon gros défaut ! :postevil:

Le lendemain, journée soldes entre filles ! Et le samedi, Thierry vient nous rejoindre. En femmes sadiques, nous le laissons faire la vaisselle ^^ Puis, direction Nice pour moi, où je passe le reste de mon séjour chez Marc, une personne géniale rencontrée justement au festival du Livre à Nice, quelques semaines plus tôt ! Ballade dans le vieux Nice le samedi soir, et le dimanche, Monaco ! (je fais ma fille bizarre en prenant plein de photos de MGM…) Le lundi matin, je remonte la fameuse avenue Jean Médecin pour dévaliser les boutiques (finalement, au vu des prix, ce seront juste deux T-shirts). Je retrouve Marc à 12h, et il m’accompagne au bus pour l’aéroport, et retour maison !!!

Mais normalement, je retourne à Nice début octobre, pour le salon de Mouans-Sartoux :)