Le métier de correcteur : troisième partie


Table des matières pour Correction

  1. Le métier de correcteur
  2. Le métier de correcteur – deuxième partie
  3. Le métier de correcteur : troisième partie

QUI SONT LES CLIENTS OU LES EMPLOYEURS D’UN CORRECTEUR ?

– les maisons d’édition
– de plus en plus souvent, les auteurs eux-mêmes, car ils veulent mettre toutes les chances de leurs côtés pour être publiés et veulent présenter un manuscrit « propre »
– les agences de Com
– les journaux, revues, magazines et par extension, tout ce qui est imprimé, tout texte destiné à être publié et diffusé : revues, brochures, plaquettes, rapports divers, guides, mémoires, discours en tout genre, conférences, presse, livres, scénarii, pages internet, etc. afin que la pensée de leurs auteurs soit toujours exprimée le plus clairement possible avec toute la précision de fond souhaitable.

COMMENT DEVENIR CORRECTEUR ?

Il n’existe pas de diplôme spécifique. Il est recommandé toutefois de suivre un stage de formation proposé par un organisme spécialisé. Le niveau minimum exigé est le bac, mais les stagiaires ont couramment un niveau bac + 2 à bac + 4.

FORMACOM — 19, Rue Honoré d’Estienne d’Orves — 93500 PANTIN
Site web : formacom.org

CENTRE D’ÉCRITURE & DE COMMUNICATION — 6, Rue Laplace — 75005 PARIS
(Possibilité de cours par correspondance)
Site web : centreec.com

ÉVOLUTION POSSIBLE

À condition de maîtriser parfaitement la langue française, la réécriture et la rédaction, vous pouvez évoluer vers des métiers proches, tels que secrétaire de rédaction ou assistant d’édition. Vous pouvez également exercer dans la presse, en agence de communication ou en imprimerie.

58 réflexions sur “ Le métier de correcteur : troisième partie ”

  1. Merci pour ces infos, très intéressant.
    J’aurais besoin d’une correctrice pour mes propres manuscrits, mais je ne savais pas ce qu’il fallait faire pour devenir correctrice. Peut-être qu’une formation me permettrait d’améliorer mon écriture et aider les autres ?

  2. De mon côté, c’est ce que je vais faire. Cette formation me permettra de me perfectionner et de continuer à faire ce que j’aime faire (les corrections) mais en professionnelle, et de me former pour faire moi-même une correction vraiment adaptée sur les Enfants de l’Ô !

  3. Je te souhaite vraiment de trouver du boulot dans ce domaine, surtout vu le travail que tu as fait sur Au-delà de l’oraison et sur Entrechats :heart: Cette formation semble intéressante, tu nous feras un compte rendu ?

  4. J’ai renvoyé le test de niveau hier… J’espère vraiment être prise ! J’ai très envie de faire cette formation, le programme a l’air intéressant. D’ailleurs, dès que j’ai ma réponse, je vous posterai le programme et la bibliographie, ça peut être utile à d’autres !
    J’adore corriger. Je trouve ça presque aussi génial qu’écrire, et je trouve que ça m’aide aussi beaucoup. Je remarque les tics d’écriture des autres, je me rends compte de mes propres tics d’écriture, et ça me permet de lire des bouquins géniaux en avant-première :) (et même de les relire avec un regard critique et de trouver plein de trucs pas vus la première fois, comme avec le tien !!!)

  5. Je viens de découvrir ce forum, et j’ai lu que Vanessa désire faire une formation par correspondance.

    Je me trouve dans la même situation. Je sais que la formation vient de commencer. J’ai demandé le dossier d’inscription et je vais remplir le test de niveau que j’ai reçu par mail.
    Est-ce que tu as commencé Vanessa ?
    Ce serait sympa si tu pouvais me faire part de tes impressions sur cette formation.
    A bientôt j’espère…
    Danielle

  6. Bonjour Danielle !
    Jo Ann fait aussi la formation, on s’est inscrites toutes les deux. J’ai reçu le premier dossier cours + exercices la semaine passée, et ça a l’air pas mal dur. Pas tellement à cause des corrections, mais à cause des signes utilisés. Apparemment, il y a un « code » pour corriger, on ne se contente pas de mettre des trucs dans la marge, il y a tout un système à apprendre. Un peu casse-pied. Mais j’imagine que ça va finir par rentrer ! Je ne peux pas vraiment te donner mes impressions, puisque pour l’instant, je n’ai encore rien renvoyé, la formation a commencé il y a 4 jours. Mais je pense que ça vaut la peine, même si c’est assez cher. Je pense que tu dois pouvoir commencer cette année, même si la formation a déjà débuté, mais il faudrait voir avec le prof, sinon ce sera celle de l’an prochain.

  7. Merci Vanessa pour ta réponse.
    L’organisme de formation m’a affirmé que je pourrais commencer avec du retard sans problème.
    Je vais donc remplir le test de niveau mais je trouve un peu étonnant de pouvoir le remplir si besoin avec l’aide d’un dictionnaire.
    J’aimerais bien savoir – quand tu auras pris le rythme de cette formation – si cela te prends beaucoup de temps chaque jour ou par semaine pour effectuer les exercices ou pour apprendre le code.

  8. Surtout qu’ils n’ont pas du tout compliqué la chose… Pourquoi des signes pour la préparation de copie et des signes totalement différents pour la correction ?!

  9. Est-ce que cette formation est reconnue par les professionnels ? Est-elle qualifiante ?
    Sinon, ne suffirait-il pas de connaitre les codes pour la correction pour être opérationnel directement ?

  10. @Danielle : les signes sont nécessaires, car ils sont un standard sur lequel tous les correcteurs peuvent s’appuyer, et à terme, une fois qu’on les connaît bien, je suis sûre qu’ils rendent le travail plus facile.
    @Jo Ann : je me suis posé la même question pour les signes… Mais bon, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Le pire, c’est qu’au début, j’avais pas capté que c’étaient deux trucs différents (j’avais survolé) et je trouvais assez bizarre que d’un doc à l’autre, les signes ne soient pas les mêmes…

  11. J’aimerais avoir des nouvelles de Vanessa du Frat et de Jo Ann V. concernant la formation CEC.
    Où en êtes-vous ? Est-ce que cela correspond à vos attentes ? Est-ce difficile ?
    Je m’inscris pour la rentrée de mars prochain et j’aimerais avoir vos impressions.

  12. Hello Danielle,
    l’expérience est positive et correspond tout à fait à mes attentes. Mais je n’ose pas trop encore, d’ailleurs c’est une critique dans mon dernier devoir. Je ne suis pas très efficace/sévère… c’est que quand je vois que j’ai rayé la moitié d’un texte, je me dis que c’est suffisant, alors qu’il y avait beaucoup plus à faire ! O: Sinon pour la réécriture, je m’en sors pas très mal ;-)
    La difficulté se trouve surtout à gommer les erreurs qu’on a toujours fait et apprendre des règles (qu’on connaissait inconsciemment). Mais j’aime bien :-)

  13. J’ai hâte de commencer la formation. :nerd:
    Est-ce que cela demande beaucoup de temps de travail personnel, ou peut-on concilier la formation et une activité autre ?
    Les dates de rendu des devoirs sont-elles strictes ?
    Quelle est leur périodicité ?
    Je me pose plein de questions :confused: et ce serait sympa de me raconter vos expériences.
    Merci d’avance. :good:

  14. Il faut prendre au moins 3 heures de travail si c’est un devoir qui demande à vérifier les références, où il faut chercher des définitions, etc. Et puis, le rythme est tenable: toutes les deux semaines. Au moment où tu envoies ton devoir, ton courrier croise avec le nouveau cours+devoir+devoir précédent corrigé. Tu peux aisément le conjuguer avec une vie active de quel que genre que ce soit :-D

  15. Bonsoir tout le monde.

    Je fais également partie de la formation actuelle, je dois reconnaître que c’est assez costaud.

    Je ne partage pas du tout l’avis des 3 heures de travail, car en fait le principe de l’acquisition est basé sur l’auto-correction avec les corrigés que nous retournent les profs, et sur le travail en plus que nous devons nous dénicher parallèlement. Il y a énormément à faire, et je pense que pour être efficace il faut être rapide, et donc vraiment maîtriser, et cela ne s’apprend pas à coups de trois heures par 15 jours. Le travail demande recherches, pour ma part sur le net, car il faut être au cœur du sujet que l’on doit corriger. Il demande patience car il faut pouvoir rester concentré des heures pour ne rien omettre, logique, et critique (de soi). Je pense que c’est un métier difficile, mais continuellement formateur.
    Si rester derrière votre bureau pendant des heures à vous arracher les cheveux sur un texte mal écrit, que l’on n’arrive pas à situer à la première lecture, vous intéresse, il ne faut alors pas hésiter ! Pour ma part, j’ai travaillé dans la comptabilité avant, par besoin, et c’est avec bonheur et même délectation que je bosse mes cours, car j’aime chercher la petite bête. La réécriture me plaît énormément, autre aspect éventuel du travail. Mais ne croyez surtout pas que c’est facile. Je maintiens qu’il y a beaucoup de travail !

    En tout cas je ne regrette absolument pas de passer par cette formation.

  16. Pour ma part, j’avoue que c’est une formation continue… Je fais déjà des corrections depuis un petit bout de temps, et à la moindre hésitation, je plonge dans le Grevisse ou je fais des recherches sur le net. J’ai acheté tous les bouquins conseillés, j’ai profité de l’été pour les lire, et ils m’ont beaucoup apporté. Depuis des années, je ne peux plus lire un seul livre sans pester contre les coquilles (ce qui n’est encore pas trop grave) et les fautes de grammaire ou d’orthographe (un peu plus grave quand même…).
    Je n’ai pas du tout aimé les exercices de réécriture (bizarrement… Je pensais qu’en tant qu’écrivain je trouverais ça sympa, mais pas du tout), mais j’ai été ravie de tous les autres devoirs. Les corrigés sont intéressants ; je remarque que la plupart de mes erreurs portent sur des subtilités que je ne connaissais pas, ce qui me permet d’apprendre de nouvelles notions. J’ai hâte de voir arriver les cours sur la ponctuation, qui est ma grande passion depuis toujours :)
    Je pense que les cours envoyés ne suffisent pas, à eux seuls, à nous former. Mais en potassant les bouquins, en lisant et relisant les règles les plus obscures, on devrait parvenir à un bon niveau quand même !

  17. Vanessa, je pense que j’ai découvert une nouvelle passion ! J’adore la réécriture (jusqu’à la lecture du commentaire ;-)), jusqu’à présent, c’est ce que j’aime le plus, même si les sujets ne m’intéressent pas du tout.
    Et j’aurais adoré avoir le temps de m’auto-corriger (je reprends le terme de Marie-Christine) avant d’envoyer le devoir suivant, parce que je suis certaine que les erreurs/remarques sont les mêmes tous les deux devoirs.
    Ma grande lacune, jusqu’à maintenant, c’est que je n’ose pas. J’ai peur de trop rayer (par excès de zèle ?) alors que c’est ce qu’on nous demande. Tsk…

  18. @vanessa. Je te conseille la lecture du Traité de la ponctuation française, par Jacques Drillon, tout juste passionnant et archi-complet. Tu y apprendras à « virguler » sans hésitation ! J’ai d’autres références, si tu es intéressée par cette question essentielle dans les textes.

    @jo ann. ose ma belle ! moi aussi, au départ, j’intervenais peu, et surtout posais peu de questions à l’auteur sur la cohérence (dans des bulles), contrairement à certains camarades. Avec la pratique professionnelle, je me suis désinhibé !! En fait, chaque fois que tu as une idée, il faut y aller.

  19. @Jo Ann : en fait, la réécriture dans les textes littéraires ne me pose aucun problème, il m’arrive assez souvent de virer des bouts de phrase pour les reformuler autrement, lorsque je corrige. Mais la réécriture sur des textes journalistiques, non. Vraiment pas. Je sens que je vais me payer un commentaire du genre « travail bâclé » sur le dernier devoir, ou alors « vous êtes deux à faire les devoirs ? ». Dès qu’il s’agit de correction, je m’en sors bien (voire très très bien, notamment sur le devoir sur les accords et les participes passé, que j’ai trouvé super facile), mais les deux derniers trucs sur la réécriture, le cauchemar ! A part ça, tu as vu que le CEC fait aussi une formation à la réécriture ? Je sais que Martine l’a suivie, tu pourrais peut-être en parler avec elle, voir si ça t’intéresse !

    @Etienne : je l’ai acheté au printemps dernier ! J’avais commencé la lecture, mais j’ai ensuite acheté les bouquins pour le CEC et je les ai lus en priorité. Mais je prends note :) Je suis une obsessionnelle de la virgule, donc je sens que ça va me plaire !

  20. @ Jo Ann -> Oui personnellement j’aime beaucoup la réécriture, je trouve cela passionnant. C’est vraiment du bonheur tant il faut réorganiser l’écriture de l’auteur tout en la respectant.
    Mes lacunes ce sont les participes passés et depuis toujours, j’ai beau prendre tous mes cours, en chercher d’autres sur le net pour trouver une idée lumineuse afin de graver les règles d’accord définitivement dans ma petite cervelle, pas moyen ! Ça frise le blocage ;) C’est le drame ;) Si vous avez de gros tuyaux à me donner !

    Avez-vous déjà une idée de la façon dont s’organise le travail par la suite ?
    J’espère que le démarrage n’est pas trop long car je quitte mon CDI pour travailler à domicile. Et je ne sais pas trop encore comment chercher, surtout comment m’adresser aux clients potentiels.

    Peut-être pourrions-nous nous aider pour la suite de la formation également, qu’en pensez-vous !

  21. Bonjour,
    je participe également à la formation du CEC, et le week end prochain doit avoir lieu la deuxième séance de regroupement sur Paris. Habitant plutôt loin, je voudrais savoir s’il est vraiment obligatoire d’y assister (je n’étais pas allée à la première), ce qu’il y est dit, si c’est intéressant …
    Je compte donc sur votre expérience pour m’éclairer !
    merci beaucoup

  22. Bonjour Mathilde,
    Je suis allée à la première séance au CEC, et ce n’était pas vraiment crucial. Il s’agissait d’un échange questions / réponses concernant les sujets qui nous posent problème, ou tout autre sujet concernant la profession de correcteur.
    La réunion a duré 2 heures, et c’est vrai que cela fait peu pour un grand déplacement.
    Par contre, la deuxième séance porte sur la rédaction de ton curriculum. C’est important de correctement le présenter. Mais si tu hésites à faire le déplacement, tu peux envoyer ton CV par courrier en accompagnement de ton prochain devoir, et on te le renverra corrigé et annoté. Ne l’envoie pas par mail, car M. Décourt n’est pas un familier des mails, il préfère les courriers.
    Si tu vas à la prochaine séance, on se verra.

  23. Je confirme, la première séance n’était pas vraiment très utile, tous les trucs importants ont été récapitulés lors de la deuxième séance. Mais la deuxième séance, justement, était assez intéressante. Surtout la partie sur la rédaction du CV.

  24. Merci pour vos réponses !
    J’ai décidé d’y aller, j’ai peur de regretter ! Ce n’est jamais rien qu’une journée … J’ai du mal à réaliser que le dernier devoir est pour bientôt !
    A samedi donc, Danielle !

  25. N’hésitez pas à revenir ici faire un petit compte-rendu ! J’ai remarqué que cette entrée sur le métier de correcteur était très visitée, surtout par des gens qui s’apprêtent à suivre la formation du CEC ou hésitent encore.

  26. Bonjour,

    Je viens de lire tous vos messages sur la formation au CEC. Pour ma part, j’ai passé avec succès les tests d’admission pour la formation de l’EMI-CFD qui dure 3 mois. C’est une formation intensive qui a lieu à Paris. Quelqu’un en a-t-il déjà entendu parler ? Avez-vous des retours, positifs ou négatifs ?

    Bonne journée à tous,
    Claire

  27. Ah, j’aurais adoré avoir une formation « en direct » plutôt que par correspondance, j’imagine qu’elle est plus approfondie que celle du CEC. Par contre j’avoue que je n’ai pas entendu parler de la formation de l’EMI-CFD. Si vous faites cette formation, n’hésitez pas à venir poster vos impressions ici, ça m’intéresse !

  28. Bonjour,
    Je suis inscrite à la formation par correspondance du CEC, vos commentaires m’ont aidée à m’en faire une idée assez claire… Mais je viens de recevoir une bibliographie (qualifiée de « première »!) qui j’avoue m’effraie un peu… J’entreprends cette formation avant de commencer mes études universitaires, c’est déjà un investissement conséquent que je finance seule du haut de mes dix-sept ans et je me demande si tous les ouvrages mentionnés sur la liste sont indispensables… Qu’en pensez-vous? Je veux effectuer ma formation dans les meilleures conditions mais cela reste une dépense très importante…
    J’ai écrit à Mr Décourt à ce sujet mais il me semble qu’il apprécie peu les emails… :X
    Merci d’avance,
    Guillemette Azalaïs

  29. Bonjour !
    Alors de mon côté, je n’avais pas trop de sous non plus, donc ce que j’ai fait, c’est que je les ai tous achetés d’occasion… mais c’était une grosse dépense, c’est sûr. J’ai trouvé les ouvrages passionnants. Mais si vous ne devez en acheter que quelques-uns, prenez celui sur la ponctuation (je n’ai pas un avis très objectif, je suis passionnée par la ponctuation ^^) ainsi que le Grevisse. Les règles de typographie est super important aussi, et il n’est pas très cher. Je peux également vous recommander ce site : http://www.orthotypographie.fr/ ainsi que les ouvrages que vous pouvez y télécharger gratuitement. Personnellement, je les ai fait imprimer et relier, et ils sont maintenant dans ma bibliothèque avec tous les autres :) Mais dans un premier temps, vous pouvez consulter toutes les règles sur le site et télécharger les pdfs.
    L’an dernier, j’avais passé mes identifiants web pour le Grevisse à plusieurs personnes (acheter la version « papier » donnait accès gratuitement à la version web), mais ça s’arrêtait fin 2010… Je viens de revérifier, au cas où, mais ils ont complètement changé le site et mes identifiants ne fonctionnent plus, dommage, sinon je vous les aurais donnés pour que vous puissiez au moins profiter de la version en ligne.
    Ce site : http://www.categorynet.com/boa.....m.php?f=21 est également indispensable, à mon avis. On y trouve des professionnels expérimentés, prêts à donner leurs conseils (souvent avec un certain manque de tact, mais bon ^^) et à éclaircir certains points. D’ailleurs, chaque année, un fil est consacré à la formation du CEC.
    Voilà, si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me contacter sur mon mail : nessdufrat(at)hotmail(dot)com
    Bon courage !

  30. Merci beaucoup pour cette réponse très détaillée et très éclairante! Vos conseils se recoupent d’ailleurs avec la réponse que j’ai reçue de Mr Décourt… Je pense effectivement commencer par un code de typographie, la ponctuation, et un dictionnaire des difficultés de Larousse… Pour ce qui est du Grevisse je pense que j’aviserai, peut-être un investissement à prévoir un peu plus tard!
    La ponctuation, cela risque effectivement d’être très intéressant! =) Une de ces choses qui semblent aller de soi au premier abord, et pourtant… Je m’écharpe déjà avec ma mère, secrétaire de métier, au sujet de mon usage jugé excessif de la virgule… J’ai de grosses difficultés à admettre l’existence d’un abîme entre l’administratif et le littéraire, pour moi une virgule est et restera toujours une virgule!!!!! Lol…
    Merci beaucoup pour les liens, ils vont m’être terriblement utiles!!! Malheureusement mon ordinateur nourrit une sombre et mystérieuse rancune contre les PDF, je n’ai jamais su pourquoi et aucun téléchargement ne semble y remédier, mais bon il me reste la lecture en ligne! Quant au forum il semble effectivement assez incontournable… Pour ce qui est du tact, bah, je me ferai toute petite et toute humble! (expérience? Comment ça, expérience? Expérience nulle… euuuuh… ^^)
    Merci encore, j’apprécie beaucoup tous vos conseils =)

  31. Ravie d’avoir pu être utile :) Pour les virgules, pareil avec ma mère, qui était secrétaire de direction… $
    Bizarre, l’histoire des pdfs… Mais il existe d’autres programmes qu’acrobat reader, avez-vous essayé un de ses concurrents ?
    Sinon, première remarque : espace insécable entre un mot et un point d’exclamation :) (en France. Aux USA, c’est différent. Perturbant pour les gens (comme moi) qui passent leurs journées à lire de l’anglais…)
    Pour le Grevisse, la 14e édition sort dans une semaine, guettez les sites genre ebay ou priceminister, je pense que certaines personnes risquent de revendre leur 13e édition parce qu’ils auront acheté la 14e (moi pas, je garde le mien ^^ Je ne pense pas que la langue ait tant évolué en deux ans…). Mais vraiment, n’hésitez pas si vous avez besoin de conseils ! Je corrige surtout des romans, donc mon expérience « journalistique » est assez nulle et j’ai vraiment du mal avec les autres publications (déjà parce que je ne les trouve pas intéressantes…), mais ça fait déjà un bon bout de temps… J’ai validé mon expérience de correctrice (de romans, encore une fois) par le diplôme du CEC, également parce que je voulais apprendre de nouvelles choses. Faudrait d’ailleurs que je ressorte mes cours, il y a des subtilités passionnantes qui mériteraient que je me penche un peu plus dessus ^^

  32. Non, je n’y avais pas pensé… J’avoue que je ne suis pas toujours très au point pour ce qui est de l’informatique :P je ne connais même pas les concurrents d’acrobat reader… Je vais rechercher ça…
    (je suis en train de me demander s’il existe une règle concernant les majuscules dans une phrase coupée au milieu par un smiley! Ca y est, j’attrape le virus! ^^)
    Merci pour la remarque, je vais essayer de me débarrasser de cette vilaine habitude ! Et d’arrêter de supprimer automatiquement l’espace quand je corrige quelque chose, ce qui est encore plus gênant !!!!!! (je ne fais encore que de petites corrections amateur pour des amies sur un site de fanfiction, mais j’ai la nette impression que je vais bientôt faire une crise de conscience en découvrant toutes les bêtises que j’ai pu faire ou laisser passer depuis que j’ai commencé !!!)
    En plus, espace insécable, c’est très joli comme mot je trouve… ^^
    Oooooh, vous aussi vous lisez beaucoup d’anglais ? Je me sens moins seule, c’est merveilleux ! =D Je me disais même que les règles de ponctuation pourraient m’aider en traduction, par exemple avec les hyphens qui me font m’arracher les cheveux parce qu’ils semblent bien moins naturels en français ! Mais en fait c’est logique, mieux on connaît sa propre langue, mieux on traduit… Ca tombe bien, je me destine plutôt à la traduction…
    Excellente idée pour le Grevisse, merci encore! Alors comme ça vous corrigez des romans… Ca fait rêver, lol! Vous aviez donc déjà une expérience de correctrice avant d’entreprendre la formation?

  33. Oui, j’ai fait de la bêta-lecture pour des amis pendant des années, puis j’ai travaillé comme correctrice pour une maison d’édition (qui a depuis fermé ses portes… snifff), puis pour une autre : Editions des Mille Saisons depuis 2008 ou 2009, je ne sais plus. J’ai également corrigé plusieurs masters ou travaux de licence. Et du coup, j’ai décidé de faire la formation quand même… Pareil, je n’avais pas beaucoup de sous… J’ai vendu des fringues sur ebay, ainsi que mon appareil photo et mon ancien ordinateur…
    Je lis beaucoup d’anglais surtout parce que maintenant, dès que je lis du français, je cherche (et trouve…) les fautes, je m’énerve sur des répétitions, sur des tournures de phrases… Je faisais déjà ça avant, mais maintenant c’est pire ^^
    Pas de traduction pour moi, par contre… J’en serais tout à fait capable, mais ça m’intéresse moyen… En revanche, il va falloir que je trouve un traducteur pour traduire un long, très long texte du français à l’anglais… Si vous connaissez quelqu’un… ^^ Même si l’anglais est une langue que je parle couramment, qui a été ma langue de travail pendant 7 ans, qui est la langue dans laquelle j’ai rédigé mon master, je me sens incapable de l’utiliser dans un cadre plus « littéraire », en l’occurrence la traduction de mon roman en anglais. J’admire les traducteurs, tout particulièrement quand je tombe sur des expressions ou jeux de mots intraduisibles. Je me demande toujours comment ils font pour s’en sortir :)
    Et pour le Grevisse, essayez aussi éventuellement des boutiques de livres d’occasion… J’ai trouvé un vieux Grevisse (6e édition, je crois. Pas du tout le même format ni le même principe que l’édition que j’ai à présent) pour 3€…

  34. C’est très intéressant de voir votre parcours comme ça… =)
    Oui, j’avoue que ça doit être assez fatigant !!! Je me souviens de l’époque naïve où je pensais qu’il était quasiment inconcevable qu’une faute d’orthographe se retrouve dans un livre publié… Aujourd’hui je n’en suis pas encore à en repérer beaucoup, loin de là, mais je commence à voir à quoi je dois m’attendre… C’est toute la douleur du métier ! Cher payé, mais ça en vaut la peine…
    Je me proposerais bien mais ce serait probablement terriblement présomptueux !!! Même si j’écris couramment en anglais et que j’essaie de m’entraîner de manière très régulière sur des traductions français-anglais, dans l’autre sens je n’ai jamais vraiment tenté l’exercice… Et malheureusement je ne connais personne dans le milieu, ça pourrait m’être bien utile pourtant !
    De quoi traite votre roman, si ce n’est pas indiscret?
    Mon Dieu !!!!!!!!!!! Oui effectivement on peut dire que c’est une occasion appréciable !!!!!! J’espère tomber sur quelque chose d’aussi intéressant… En fait je n’en demande pas autant, ça tient du miracle !!! =)

  35. Ah, mon roman… toute une histoire ^^ C’est une saga de science-fiction, dont j’ai publié le premier jet (et c’est vraiment ce que c’est : un premier jet, à peine relu, avec plein de fautes) sur le net il y a déjà des années. Je le publie sous forme d’épisodes, à raison d’un chapitre par mois. Si vous cliquez en haut à droite sur « roman », vous tombez pile dessus ^^ Le premier jet du premier tome a été entièrement retravaillé, je suis en phase de dernière correction pour un envoi aux éditeurs très prochainement… Mais je ne suis pas complètement naïve, et je sais qu’en France, auteur inconnue + saga + science-fiction ne font pas bon ménage, déjà que rien qu’un seul de ces qualificatifs suffirait à rebuter un éditeur… Par contre, je connais bien le marché de la SF américaine (ou en tout cas bien mieux que la SF française) et je pense qu’il pourrait avoir du succès là-bas. On verra bien ! J’attends que Spielberg me contacte pour discuter des droits pour l’adaptation télé… lol. On peut rêver ^^
    De quoi ça traite, c’est dur à dire. Oui, faudrait que je m’entraîne à pouvoir le résumer, comme me l’a dit un ami auteur « tu te rends compte que si tu veux le présenter à un éditeur, tu vas avoir intérêt à bosser un peu sur ton résumé… » J’y mélange mes centres d’intérêt, à savoir la biologie (je suis biologiste de formation, spécialisée en génétique), la médecine (j’ai bossé sur un plateau d’assistance médicale) et l’informatique (euh… je suis webdesigner et programmeuse… oui, ça fait un peu la fille qui ne savait pas quoi faire de sa vie), sur fond de drame psychologique, avec de pauvres personnages martyrisés par l’auteur… Je crois que quel qu’en sera le résumé que j’en ferai, ça ne donnera pas envie de lire ^^ Mais paraît que c’est bien, en tout cas ça a son petit succès sur le web.

  36. Et forcément, le téléchargement PDF coopère dans les grandes largeurs… :hardthinking: Pourtant j’ai suivi votre conseil et téléchargé un concurrent d’Acrobat pour voir si ça marchait mieux, mais rien à faire ! Si je vous laisse mon adresse mail serait-ce possible que vous m’envoyiez au moins le prologue ? Je ne veux surtout pas vous déranger mais j’avoue que votre résumé, bien qu’effectivement un peu vague, m’a beaucoup attirée, tout particulièrement l’aspect psychologique et l’originalité du mélange médecine/informatique/SF…
    Je vous souhaite bonne chance pour conquérir le marché américain ! Et pour trouver un traducteur à la hauteur de vos attentes =)

  37. Je peux même vous envoyer la toute nouvelle version, je cherche justement des lecteurs ne l’ayant jamais lue pour avoir un avis de première lecture. C’est vraiment très bizarre, cette histoire de pdf. Que se passe-t-il exactement ? Ça plante ? Ça n’ouvre pas le pdf ? (je demande, parce que je m’y connais assez bien en informatique, alors du coup, si je peux servir…)

  38. Je serais enchantée de vous être utile, dans ce cas ! Je vous envoie tout de suite un mail pour que vous ayez mon adresse…
    Oui, ça m’ouvre la fenêtre PDF, mais rien ne s’affiche à part un fond gris, puis une fenêtre s’affiche qui m’annonce d’abord que l’onglet a été récupéré (comme pour un bug normal, jusque-là pas de problème), puis qu’Internet a cessé de fonctionner. Ensuite la fenêtre essaie de nouveau de s’ouvrir, et ça recommence jusqu’à ce que je comprenne que c’est sans espoir. Là je ferme la fenêtre PDF avortée et je pleure sur mon triste sort… ^^
    Petite question en passant:

    D’accord, deux petites questions: tout d’abord, y a-t-il aussi espace insécable avant les deux points ?
    Et la question initiale: j’ai fait quelques recherches ce matin sur les livres de ma bibliographie, notamment les dates de dernière parution afin de m’y retrouver dans les occasions. J’avoue que le Grevisse m’a laissée perplexe: deux éditions sont annoncées pour septembre 2011, l’une à 80 euros et l’une au double !!! Je me demande bien quelle est la différence qui justifie un écart aussi large… Surtout sachant que les deux sortent au même moment ! Même si mon éventuelle acquisition du Grevisse viserait plutôt un exemplaire d’occasion si j’en trouve un à un prix intéressant, ma curiosité a été éveillée…
    D’autre part, je viens de relire ce que vous m’aviez écrit vis-à-vis de la traduction de votre roman et je me rends compte que j’ai oublié de relever le fait que l’anglais ait été votre langue de travail pendant 7 ans ! Pourtant votre expérience m’intéresse beaucoup… Pouvez-vous m’en dire plus ?

  39. Ah, c’est vraiment un bug, alors. Vous avez essayé sur un autre navigateur, genre Firefox ou Safari ?
    Pour le Grevisse, d’après ce que j’ai vu, il y a une version « luxe » avec une couverture en simili-cuir… Rien qui justifie de payer le double… Quant à certains exemplaires qui se vendent d’occasion ou neuf à 250€, c’est juste que certains vendeurs croient vraiment que des gens vont être assez cons pour les acheter. Peut-être des collectionneurs…
    Les espaces insécables : oui, avant les deux-points et les points-virgules. Mais pas après. De cette manière, un : ne risque pas de se retrouver tout seul en début de ligne, pareil pour les points d’exclamation ou d’interrogation…
    Pour l’anglais… Eh bien, rien de bien sorcier. J’ai fait des études de biologie, pendant mes études j’ai travaillé dans un aéroport, donc je parlais anglais très souvent avec les passagers. Puis, j’ai fait mon master dans un labo anglophone, avec un post-doc américain qui ne parlait pas le français, donc j’ai également dû rédiger mon travail de master en anglais (170 pages, quand même ^^). Et enfin, j’ai travaillé sur un plateau d’assistance médicale dans une compagnie américaine :)
    Et pour le roman, j’ai encore deux trois trucs que je veux modifier, genre ce soir ou demain, et je vous l’envoie, j’ai bien reçu votre mail :)

  40. Au risque de paraître excessive, on vous a déjà dit que vous êtes une déesse ? Avec Google Chrome ça marche. Je crie au miracle ^^
    Ah oui, effectivement… Pour une version deluxe c’est une version deluxe. Quand on peut se le permettre pourquoi ne pas payer plus cher… Pas de quoi être consterné là-dedans… Lol.
    Je vois, ça fait beaucoup d’anglais ! Je suis assez envieuse… J’espère connaître aussi un jour des expériences si enrichissantes ;)

  41. Il y a peut-être un lettrage en feuilles d’or, on ne sait jamais :) Et des enluminures faites à la main… Anyway, j’ose pas imaginer la gueule du truc. On aura la surprise fin septembre, j’ai hâte de voir à quoi ça va ressembler…

  42. Bonjour Vanessa, et toutes les blogueuses…
    Tout d’abord, je partage pleinement ton choix Vanessa en ce qui concerne les livres importants à choisir pour la formation au CEC. J’ai la même opinion, et c’est le choix que j’avais fait il y a déjà 2 ans… comme le temps passe vite!
    Merci aussi pour le reste du dialogue qui est très intéressant.
    Je viens demander conseil sur un point de correction : je corrige un gros livre dans lequel se trouvent beaucoup de versets bibliques. L’auteur et l’éditeur n’ont pas de règle précise quant à la présentation des versets. Je me suis donc plongée dans le livre sur les règles typo, mais j’ai toujours un doute puisqu’il s’agit d’une littérature particulière.
    Si je suis les règles, je dois écrire les versets en romain entre guillemets, avec la ponctuation du verset à l’intérieur des guillemets. Puis je dois écrire la référence du verset entre parenthèses en italique, sans autre ponctuation après la parenthèse fermée.
    Exemple: « Verset entier écrit en romain. » (Référence en italique)
    Qu’en pense-tu (ou qu’en pensez-vous)?
    Merci de vos lumières.
    Danielle

  43. Moi ça me paraît bien. Maintenant, je ne suis pas du tout spécialiste (et j’avoue que les règles typographiques, c’est ce que je déteste le plus… Surtout que ça change entre les pays et que je suis à cheval sur deux pays pour les corrections…), mais si c’est ce que tu as trouvé, tu peux y aller sans arrière-pensée ! Par contre, je te suggère d’aller faire un tour sur ce site : http://www.categorynet.com/boa.....m.php?f=21 (oui, je sais, je le cite souvent, mais c’est une mine d’or inépuisable avec des professionnels très expérimentés qui répondent volontiers à toutes les questions de ce genre). Je pense que tu trouveras quelqu’un qui pourra t’aiguiller !
    (et je dois dire que je suis bien contente de n’avoir pas encore été confrontée à ce genre de trucs ^^)

  44. La Quête du Grevisse, dernier épisode en date : je reviens de chez ma libraire qui m’affirme que faute de lettrage en feuilles d’or, le Grevisse à 175 euros n’a rien à voir avec celui à 89 euros ! Recherches sur la Fnac à l’appui, ce dernier est qualifié de « méthode de langue » et l’autre de «scolaire/universitaire ». Et ma libraire d’affirmer que la vraie grammaire, c’est le Grevisse payé au prix fort, et que c’est celui-là qu’il me faut. Il n’est pas impossible qu’elle aie envie de faire une jolie vente (surtout qu’elle m’a affirmé que le dernier Grevisse datait de 1994, ce qui semble impossible vu que tu disposais d’identifiants web encore l’année dernière, Vanessa…) mais j’avoue que cette histoire de méthode de langue versus grammaire m’a laissée un peu confuse. En plus, sur ma bibliographie il est indiqué « éditions Duculot » ce qui correspond à… l’édition à 175 euros ! Diable… Quelqu’un aurait-il déjà entendu parler de deux Grevisse différents ???

  45. Ecoute, c’est super bizarre, car il n’y en a qu’un à paraître, à savoir la version 15, qui fête aussi les 75 ans du Grevisse. Ma version, c’est la 14, sortie en 2007. L’histoire de l’édition, c’est qu’il est publié par De Boeck et Duculot (donc c’est bien les éditions Duculot, mais en partenariat avec De Boeck ou je ne sais quoi). Jamais entendu parler d’un autre Grevisse, à part une version simplifiée qui s’appelle « le petit Grevisse ». Bon, j’aurais peut-être dû être plus précise, celui dont tu as besoin s’appelle « le bon usage », couramment surnommé « le Grevisse », mais il n’y a pas autre chose, genre une version plus complète de ça. Ou alors, chose étonnante, les éditions qui le publient ne sont pas au courant… et ce serait quand même bizarre. A mon avis, ta libraire sort n’importe quoi. Si tu la revois, tu pourras lui dire que j’ai dans ma bibliothèque l’édition 14 sortie en 2007 et qu’elle devrait mettre ses fiches à jour ^^
    Le fin mot de l’histoire, c’est ça :

    « Une 15e édition prestige, reliure cuir, tirage limité et numéroté dédicacé par l’auteur, pour célébrer le 75e anniversaire de cette grammaire de l’usage, qui suit les évolutions de la langue française. »

    (voilà pour le Grevisse à 175€, c’est le même, mais c’est du cuir (et pas du simili comme noté quelque part sur un site). Par contre, dédicacé par l’auteur, ça me fait un peu marrer, il est mort il y a des années ^^ Bon, j’imagine que l’auteur en question, c’est Goosse, hein, pas Grevisse ^^)

    Donc tu as la réponse. A moins que ta libraire ne considère que la reliure cuir change radicalement le texte intérieur et le rende plus approfondi et plus clair…

    Du coup, ne te ruine pas pour une couverture cuir ^^ Et surveille ebay et priceminister, et même amazon dès fin septembre, car c’est la sortie de la quinzième édition et certaines personnes vont sûrement vendre leur 13e ou 14e édition pour avoir la nouvelle. Bon, je ne dis pas que tu vas payer ton livre 3€, mais il risque bien de baisser autour des 60€, ce qui fait déjà un petit rabais.

  46. Pour la version 15, c’est ce que j’ai vu, mais il y a bel et bien une édition différente sur la Fnac et non seulement il n’y a aucune référence à une reliure spécifique ou à une édition collector, mais elle est qualifiée de 13ème version !!!! C’est à n’y rien comprendre… Par contre je suis bel et bien tombée sur l’édition collector dont tu me parles aussi, sur Amazon je crois. Il y a deux éditions à 175 euros. De mieux en mieux. Voilà le lien de la Fnac si tu es curieuse: http://livre.fnac.com/a3623823.....l=HGBPlsi2
    Bon, de toute façon, j’ai écrit à Mr Décourt en désespoir de cause, et il a tout simplement résolu le problème en me conseillant d’attendre avant d’investir dans le Grevisse car selon lui il ne me sera pas nécessaire pour l’instant ^^ ça fait un souci de moins bien que ma curiosité reste intacte ! Je pourrai toujours creuser un peu plus quand le fameux bouquin sera bel et bien sorti, je suppose…
    Donc j’attends de voir, je guette les occasions au cas où, et j’ai ENFIN pu commander mes livres. Et j’ai encore harcelé Mr Décourt. J’ai cru comprendre qu’il n’aimait pas les mails, avec moi le pauvre est servi. A chaque fois j’ai l’impression d’être une petite gosse fraîchement sortie du lycée et incapable de se gérer seule… Bah, après tout, c’est le cas…

  47. Non, mais c’est juste que la fnac s’est plantée. La 13e édition ne date évidemment pas de septembre 2011 ^^
    Pour Mr Décourt, je suis sûre que d’un côté ça doit lui faire plaisir de voir que tu es motivée… Et dis-toi que moi je lui ai téléphoné pour critiquer la mise en page et la rédaction de son contrat ^^ Dans le genre chiante… En plus j’arrêtais pas de poster plein de trucs sur category.net et de remettre en question les corrections des exercices. Et c’était sous mon vrai nom donc il savait très bien que c’était moi. Mais bon, c’est juste qu’il y avait des trucs qui ne passaient pas (surtout niveau ponctuation).

  48. Effectivement, ça c’est assez clair ^^
    C’est un point de vue plus rassurant ^^ et lol, c’est vrai, on dirait bien qu’il en a vu d’autres ! Qu’est-ce qui n’allait pas dans les corrections ?

  49. Oh, différentes choses. En particulier une qui m’est restée en travers de la gorge, le fameux : !,
    Exemple :
    — Mais que fais-tu donc, abruti !, s’écria Max.
    Hmmm…
    J’imagine bien aussi la gueule de :
    — Je ne te demande pas ton avis…, souffla Véronique.
    Bref, les virgules après les ponctuations dans les dialogues, chez moi, ça ne passe pas, désolée. J’ai lu des centaines et des centaines de bouquins, JAMAIS je n’ai vu ça. Et apparemment, je ne suis pas la seule, car mes bouquins n’en parlent pas non plus. Alors me faire rajouter une virgule en rouge après le point d’exclamation, j’ai pas trop apprécié.

  50. Effectivement, c’est assez déplaisant ! Et on peut dire que ça rassure de savoir qu’il y a parfois des erreurs qui se faufilent dans les corrections ^^
    (je te le dis en passant, je n’ai pas oublié ton roman ni décroché mais ça fait quelques jours que je me fais un peu déborder à vouloir faire trop de choses en même temps, d’où le grand silence… Je m’y remets bientôt =))

  51. Bonjour,

    Je viens de découvrir ce site et enfin, des échanges cordiaux, utiles et chaleureux !
    J’espère que vous allez pouvoir m’aider.

    Je songe à une reconversion et pour cela, je commence un bilan de compétences en 2012.

    Le métier de correcteur m’a fait tilt. Mais en surfant, je me rends compte que ce n’est pas forcément facile et que les formations sont « hards ».
    J’en ai vu 2 : formacom et le cec
    Laquelle choisir ? Par mon travail, j’aurai peut-être la possibilité de faire un fongecif (donc formacom). Mais j’ai lu que formacom est difficile et que la sélection est sévère.

    Et au bout du compte, est-ce facile de trouver du travail ? Si le travail me plait j’accepterai de gagner moins, mais il faut tout de même que je subvienne à mes besoins (j’ai un petit garçon de 5 ans et un loyer à payer !).
    Les rémunérations sont aléatoires et c’est cela qui me fait un peu peur.

    Peut-on se lancer dans ce type de formation lorsque l’on vient d’un domaine totalement différent ?
    Même si je fais attention, il m’arrive encore de faire des fautes d’orthographes et de syntaxe (n’en parlons pas :cry: ) : est-ce incompatible à devenir correcteur ? La formation nous aide de toute façon à nous améliorer …

    Merci pour vos conseils avisés
    Bon we

  52. Ce que j’en dis, c’est que si vous avez la possibilité de faire formacom, faites formacom ! La formation est sans nul doute beaucoup plus complète que celle du CEC. Je ne sais pas comment ça se passe pour la sélection, par contre. J’aurais adoré suivre cette formation, mais bon, je vivais trop loin et je n’avais pas les sous.
    Personnellement, je n’en vis pas (je fais de temps à autre de petits boulots comme correctrice, mais ce n’est pas mon activité principale), cela dit je suis régulièrement des discussions sur des forums de correcteurs, et ça n’a pas l’air d’être une partie de plaisir… Le salaire est très bas, il faut sans arrêt chercher de nouvelles missions, il n’y a pas de sécurité de l’emploi à moins d’être engagé dans une grosse maison d’édition en tant que « correcteur de la maison ».
    Le CEC est une bonne formation, mais il faut avoir de sérieuses bases. Il n’y a pas de diplôme à la fin, c’est une attestation du suivi de la formation. J’ai appris pas mal de choses, notamment pour ce qui est de la typographie, ma bête noire… Etant donné que je ne corrige quasiment que des romans, je ne suis pas très souvent confrontée aux règles qui concernent les majuscules.
    Par contre, le désavantage du CEC, c’est qu’ils forment en tout cas 200 correcteurs chaque année. Donc ça veut dire 200 nouveaux correcteurs sur le marché, à la recherche de contrats et de missions.
    Je suis très contente d’avoir suivi la formation, malgré mes remarques négatives. Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, réfléchissez-y bien. Je ne suis pas en France donc je ne sais pas trop comment ça se passe avec le chômage et tout ça, mais si vous avez la possibilité de vous faire payer une formation, partez de préférence sur quelque chose de plus stable… A moins que ce travail soit un revenu complémentaire, par exemple au revenu de votre compagnon ou en complément d’un autre boulot, ce ne sera pas simple… Ma mère est indépendante, je vois qu’elle a des revenus très très irréguliers en fonction des missions, qu’elle doit toujours démarcher de nouveaux clients, et heureusement que mon père a un revenu fixe, sinon cela n’aurait juste pas été possible. C’est la raison pour laquelle je ne ferai jamais ce travail en indépendante (autoentrepreneur, ou quel que soit le nom utilisé en France), mais uniquement en tant qu’employée d’une maison d’édition.
    C’est un travail passionnant ; je ne voudrais surtout pas vous décourager, mais il faut bien peser le pour et le contre !
    (bon, je me rends compte que mon message fait un peu la fille blasée, désabusée, qui critique tout ^^ Mais vraiment, moi j’ai été très contente de faire cette formation et je ne regrette pas l’argent dépensé. C’était un enrichissement autant personnel que professionnel)

  53. Bonjour Vanessa,

    Merci pour ta réponse.
    Effectivement, en surfant un peu plus sur internet, je me suis rendue compte que correcteur reste un travail « non stable ».
    Moi, je suis seule avec mon fils, donc je dois subvenir toute seule à mes besoins.
    Donc pour une reconversion, cela va être difficile.
    Ce qui me plait dans ce métier, c’est d’améliorer les textes, de pourvoir lire des textes avant tout le monde, mais aussi de pouvoir travailler à la maison et ainsi alléger les journées de mon fils.
    Je vais cogiter sur tout cela

    Merci en tout cas pour ces conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>