Formacom

La formation de lecteur-correcteur dispensée par Formacom est ouverte à une quarantaine de candidats par promotion, issus de tous horizons. Les deux principales modalités d’accès en sont : le financement, qui s’élève à une forte somme, et un test qui mêle orthographe, grammaire, lecture critique et culture générale. Celui-ci est loin d’être facile : je l’ai préparé pendant six mois, pour ma part.

La formation est issue du syndicat des correcteurs et reconnue dans le monde de la presse et de l’édition. Elle existe depuis 30 ans (ex-Coforma).

Voici le déroulement de l’enseignement sur six mois (780 heures) : le premier mois est consacré à l’apprentissage des bases du code typographique : distribution des capitales, traitement des nombres, emploi de l’italique, des petites capitales, etc. Au quatrième mois est confectionnée une brochure de huit pages : réalisation des coupes, enrichissement typo, iconographie, mise en page sur logiciel X-Press et rédaction de l’éditorial. C’est un temps fort qui permet de mettre en application le fameux code. L’apprentissage des logiciels est sans conteste l’un des avantages de cette formation sur d’autres offres : Word, X-Press, InDesign, Prolexis. Enfin, à l’issue des six mois est organisé un examen pour l’obtention du titre professionnel, enregistré au Répertoire national des certifications professionnelles

Les cours alternent des exercices d’orthotypo avec le grand Jean-Pierre Colignon ; des points difficiles de grammaire ; des exercices de lecture critique ; des modules de correction et des monitorats (par exemple, un correcteur du Monde diplomatique est venu animer quatre séances ; une correctrice spécialisée nous a parlé de la com, etc.). Ils permettent d’acquérir progressivement ce qui fait la pierre d’angle du métier : une méthode de questionnement.

J’ai vraiment aimé être confronté à la singularité de chacun des enseignants : au total une quinzaine d’intervenants et autant de styles, de manières d’envisager la correction et de faire un monde ; une vingtaine d’intervenants toutes matières confondues.

Qu’en est-il du travail dans la « vraie vie » (expression consacrée pendant la formation) ? Formacom suit ses élèves pendant un an, en leur fournissant régulièrement les offres que l’école reçoit. J’ai eu, pour ma part, une première année difficile, avec seulement une expérience en presse. J’ai fondé ma micro-entreprise dernièrement : j’ai eu trois commandes émanant de particuliers, depuis le 15 septembre. À chacun de faire son chemin ! 

voir mon site, consacré à la correction et à la littérature : http://www.lamaisondecorrection.blogspot.com

 

 

5 réflexions sur “ Formacom ”

  1. J’espère ! J’aurais adoré faire Formacom, si j’avais eu les sous (et si j’avais habité Paris…) je pense que je me serais vraiment éclatée ! Mais bon, la formation par correspondance, c’est très bien aussi, et de toute manière, j’avais de bonnes bases.
    Ce qui est bien, c’est que je suis certaine que c’est quelque chose qui me passionne, j’ai toujours adoré la grammaire, l’orthographe, les subtilités de la langue… Quand tu peux te retrouver complètement prise par un chapitre sur l’utilisation du point-virgule, il n’y a pas à chercher longtemps ^^

  2. Bonjour,

    Je suis a la recherche d’une formation par correpondance, pourriez-vous m’indiquer a quelle formation il est fait reference dans le blog de Vanessa? Connaissez-vous des formations que vous pourriez recommander ainsi que des formation par correspondance pour preparer a l’entree de FORMACOM?

    Merci d’avance,

    Laura

  3. La formation en question, c’est celle dispensée par le Centre d’écriture et de communication, une formation par correspondance à raison d’un cours et un devoir toutes les deux semaines. Toutes les infos sont là :
    http://www.centreec.com/correction/correcteur.html
    Je pense que c’est une bonne préparation à Formacom. D’ailleurs, si j’avais les moyens (et si j’habitais à Paris), j’aurais adoré faire Formacom, à mon avis c’est une formation bien plus complète que toutes les autres.

  4. Merci beaucoup Vanessa, est-ce que cela represente un volume de travail important, et la formation debouche-t’elle sur quelque chose de concret – cela fait-il une difference en thermes de recherche d’emploi et de missions?

    Laura :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>