C’est la fin…

Non non, je ne m’apprête pas à fermer le blog, je n’ai pas non plus l’intention de me jeter du haut d’un pont… Hier soir, j’ai terminé le tome 7 des Enfants de l’Ô. Grosso modo cinq ans après avoir commencé la réécriture du tome 1, j’ai enfin mis le point final au 1er cycle de cette saga. Je pensais que j’allais être super triste / super heureuse / super excitée / super quelque chose, mais en fait, ça ne m’a rien fait du tout. Bon, je ressentirai peut-être le contrecoup d’ici quelques jours. Pour l’instant, je n’ai pas encore fait la relecture de ce tome, ni le découpage en chapitres. Et il y a un passage que je dois réécrire, suite à quelques infos de mon cher voisin le policier. Puis commencera la dure phase de correction du tome 1, tome que je considère comme de loin le moins bon de la saga et qui ne me satisfait pas du tout. Il sera probablement en grande partie réécrit. En tout cas, le début sera un peu différent.

Maintenant, quelques statistiques, histoire de faire un peu peur… 187 400 mots, 1 074 435 signes espaces comprises. C’est le plus long de la saga, mais je suis assez contente d’être restée assez près de ma dernière estimation, qui prévoyait 180 000 mots.

J’ai mis bout à bout les 7 tomes, pour pouvoir vous présenter cette vision d’horreur :

Statistiques

Va y avoir des centaines d’heures de correction… :psad:

Et vous, ça vous a fait quoi de terminer votre roman ? Bonheur ? Tristesse de voir partir vos personnages ? Soulagement de pouvoir enfin passer à autre chose ?