Mémoire de poisson rouge…

La mémoire de poisson rouge, c’est LE truc à ne pas avoir quand on écrit une grande saga familiale super compliquée qui se déroule sur plusieurs générations. Vous vous rappelez mon post précédent, celui dans lequel je désespérais de trouver une bonne solution pour mes settings temporels ? Figurez-vous qu’en faisant du rangement dans mon appartement, je suis tombée sur une vieille version des Enfants de l’Ô. Un truc qui faisait bien pitié (et non, je ne mettrai pas d’extrait. Cette version, heureusement, n’a jamais été diffusée nulle part !). Sauf que, dans le truc en question, j’avais nommé mes mois. Et là, je me suis souvenue qu’il y a au moins dix ans, j’avais eu le même problème, les mêmes questionnements, et que j’avais créé un calendrier.

Des fois, je me mettrais des baffes. Bref, reste encore le problème des années. Et puis je ne sais pas si je vais garder mon « ancien » calendrier (qui est plutôt simple et pas des masses original vu que j’avais calqué l’année sur l’année astrale, avec les mois qui portaient les noms de signes du zodiaque), ou en faire un nouveau. De toute manière, pour ne pas m’embêter, les mois n’auront pas de noms dans les petits settings temporels en début de chapitre, et je n’utiliserai mon calendrier que de manière purement anecdotique de temps à autre dans le bouquin.

Ah, et j’avais aussi fait une carte de ma planète, avec les continents, la population, le climat, et toute une chronologie. A cette époque, j’étais partie passer 10 mois en Autriche pour un séjour linguistique et je m’ennuyais grave ^^ Maintenant, faudrait m’attacher à une table pendant deux jours avec juste un bloc-note et un crayon pour que je refasse quelque chose du genre…