Archives du mot-clé aventure

Quelques infos sur les liaisons presque dangereuses.

A la demande générale (de Ness), voici le détail du parcours de ce premier roman

J’ai commencé l’écriture du roman à l’été 2006, ce qui m’a tenu en woody durant cinq mois (et en haleine aussi, par la même occasion).

Ensuite, j’ai pris Albin Michel en otage pour qu’il publie ce génial roman, mais la famille a refusé de négocier, ce qui m’a valu trois semaines de garde à vue et douze mois de séjour pénitentier à fleury Mérogis. Séjour durant lequel j’ai envoyé mon manuscrit à tous les grands éditeurs de la place de Paris. Mais le milieu étant une grande famille, j’étais grillé auprès des parrains de l’édition.

Je m’apprêtais à me faire Sepukku (ça sonne mieux que Hara Kiri, surtout depuis que le professeur Choron en a dévoyé le sens) dans une ruelle de Ste Colombe (Seine et Marne), lorsque le patron des Nouveaux Auteurs s’est penché vers moi et m’a posé la main sur le front. Outre que j’avais une fièvre fusillée (ou carabinée, rayez la mention inutile), il a senti un remarquable potentiel sous ma caboche. Il m’a accompagné chez lui, m’a fait couler un bain parfumé à la camomille, et m’a tendu une plume qu’il avait trempée dans mon propre sang, m’enjoignant à signer un contrat qui, disait-il, changerait ma vie pour toujours.

Et voilà… mon roman est paru en décembre dernier, il recueille tous les suffrages (d’où la déroute de l’UMP), à tel point qu’Amélie Nothomb a acheté une statuette à mon effigie, et tous les matins plante des aiguilles dans ce qui est censé représenter mon corps. Ça m’est parfaitement égal, car je crois aux bienfaits de l’acupuncture, et je me porte comme un charme depuis.

bon, me direz-vous, mais de quoi parle ce satané bouquin?

Bonne question, je vous remercie de l’avoir posée.

Imaginez un type quelconque. Il se prénomme Lucius. Infirmier. Mais aussi photographe. En outre, un ancien métier abandonné qu’il voudrait bien oublier. Mais voilà, sur un coup de tête que n’aurait pas renié Zinédine, il se lance à la recherche de Barbara. Son amour d’enfance. Bon, d’accord, Lucius a quarante-quatre ans, mais il n’est jamais trop tard pour faire une bêtise.

Et quelle bêtise! Son passé va lui exploser à la g.. figure comme un boomerang.

Je renonce à vous dévoiler la suite, car sinon vous n’achèterez pas ce roman révolutionnaire. Ce qui serait bien dommage.

bonne soirée à tous.

Lucius