Archives du mot-clé bouquinades

Bouquinades, Marseille, 12-14 juin 2009

Capitale européenne de la culture 2013, Marseille se doit d’assumer sa future réputation. Ce qui aurait pu laisser présager un festival du livre d’excellente qualité, surtout qu’il s’agissait de la première édition dudit festival, raison de plus pour faire bonne impression. Deux mois auparavant, certains articles sur internet semblaient annoncer un grand salon, le pendant marseillais du salon de Paris, des centaines d’invités, un festival incontournable… Ce qui a sans doute poussé les organisateurs à chercher tout de suite à écraser la concurrence, en choisissant précisément les dates du festival du livre de Nice. A ce moment-là, ce dernier semblait compromis, en raison de la fermeture du Panorama du Livre, la chaîne de librairies responsable de son organisation.

Pour toutes ces raisons, nous nous attendions à une communication massive autour de l’événement, mais au fil du temps, aucune information ne transparaissait sur aucun support, sinon sur le « site » des bouquinades (qui est en fait un simple blog sans aucune qualité graphique, sans aucune visilibité sur le net, doté d’une navigation digne des sites geocities du début des années 90, sans même parler des jeux de mots aussi saisissants et imprévisibles que le surprenant « yes we cane… bière » (sans doute en référence au grand axe de Marseille du même nom, mais nous ne sommes sûres de rien, car en matière de festival, la seule manifestation présente sur la Canebière était celle de la CGT et des services sociaux (sympas, les drapeaux et la musique !))).

La veille du samedi (journée phare du festival), nous cherchons des compléments d’information sur le blog des Bouquinades, mais en sommes finalement réduites à étendre notre recherche à tout le net afin de dénicher les horaires et les lieux des dédicaces, contradictoires et différents selon chaque site consulté. Apparemment, les informations données il y a plusieurs mois laissaient envisager de très nombreux auteurs et un festival riche en événements. Nous nous rendons rapidement compte que les auteurs sont au nombre impressionnant de 14. (quatorze. Non, ce n’est un oubli, il n’y a pas de 0 après le 14 !) Les éditeurs, théoriquement au nombre de 4 (2+2), physiquement au nombre de 0 (zéro), ont donc brillé par leur absence (ou pas, en tout cas, on ne les a pas trouvés).

Samedi en début d’après-midi, nous prenons le TER à destination de Marseille-Saint-Charles. Puis le métro, direction le Vieux Port. Dès la sortie de la bouche de métro, nous n’en croyons pas nos yeux. La Canebière est submergée par une horde de touristes, mêlés aux… militants de la CGT ! Aucune affiche sur les murs, aucune pancarte, aucune publicité pour un quelconque festival du livre. Nous sommes-nous trompées de ville ou de festival ? Selon certains horaires, quelques auteurs devraient se trouver en dédicace à la FNAC. Nous nous y rendons, pour découvrir une FNAC bondée comme un samedi après-midi sur la Canebière, deux personnes à l’entrée qui veulent absolument nous forcer à écrire nos rêves sur des papiers (lesquels seront ensuite jetés dans la nature. Beau geste écologique. Si lire Maxime Chattam peut sauver des bébés phoques, ce n’est pas le cas du lancer de papiers), et quelques écrivains, apparemment les seuls survivants du terrible périple TGV Paris-Marseille. L’avantage, c’est qu’il n’y a aucune attente pour les dédicaces.

Cinq minutes et un lâcher de chevelure de rêve plus tard, Vanessa se lance sur Maxime Chattam pour lui faire dédicacer les deux livres de poche achetés une demi-heure plus tôt d’occasion chez Gibert (à sa décharge, elle voulait les lire depuis longtemps). Maxime est très sympathique, très accessible, ce qui rattrape un peu (mais seulement un peu) le désastre organisationnel de ce festival. D’autres auteurs étaient prévus aussi, et ont annulés. Sans compter que les horaires changeaient de minute en minute.

Le programme papier (véritable catastrophe graphique) n’était disponible que dans les librairies participantes (et encore, nous ne l’avons vu que chez Gibert !), et là encore, les horaires ne correspondaient pas forcément à la réalité. Nous décidons malgré tout de nous rendre à la librairie Maupetit, où un autre « happening » se prépare, à savoir une séance de dédicace donnée par cinq autres auteurs, donc un qui a sans doute préféré profiter du train de 17h. Nous informons nous-mêmes les quelques personnes qui attendaient cet auteur-ci. La librairie Maupetit a fait l’effort d’imprimer la liste des auteurs sur une feuille blanche A4 sans aucune mise en forme et en noir et blanc et de la placarder sur la porte coulissante, juste en dessous des affiches de Millénium en format A3 et de diverses autres publicités pour des auteurs ou des livres qui n’avaient rien à voir avec les Bouquinades.

Malgré l’absence cruelle de visiteurs et l’attente infernale de deux minutes maximum pour chaque dédicace, les auteurs n’ont pas tous jugé nécessaire de discuter avec les gens qui s’étaient déplacés (parfois sur plusieurs centaines de kilomètres) pour venir les voir.

En toute objectivité, la seule chose qui sauve ce festival est sa gratuité, ce qui le place tout de même loin derrière le salon du livre de Lyon, son entrée à 2€ (avec toute sortie définitive) et son ambiance pourrie.

Heureusement, nous avions le soutien de la Brasserie du Port, de son thé frappé, des navettes fleur d’oranger du marché, et nous avons pu admirer la girafe en papier de 4 mètres selon les organisateurs (et de 3 mètres sur certains sites moins impliqués). Malgré la présence refroidissante de ce festival fantôme, nous avons passé un agréable après-midi au soleil !

Le point positif, c’est qu’un tel désastre lors d’une première édition laisse énormément de marge à l’amélioration (si toutefois les auteurs, refroidis par l’absence de communication et l’incapacité apparente des organisateurs à se mettre d’accord sur les horaires, entre autres choses, décident de redonner une chance aux Bouquinades).

PS : il est évident que cet article ne reflète que notre vision subjective de cet événement.

Les quelques photos :

Un article de Cécile Duquenne et Vanessa du Frat.