Archives du mot-clé eBook

Les Vagabonds du Rêve

Un petit peu de pub pour un site sympathique qui propose des textes en ligne. Je relaie ici la petite présentation que Sybille Marchetto (qui dirige cette anthologie en ligne) en a faite :

Les Vagabonds du Rêve est dédié aux genres de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique…) et à la forme courte.
C’est donc une anthologie athématique, permanente et en ligne, qui vous propose de télécharger gracieusement des nouvelles au format PDF (et prochainement EPUB).
Nous souhaitons donc promouvoir l’imaginaire et la nouvelle, mais également faire découvrir des auteurs, débutants ou confirmés.

Si vous souhaitez nous soumettre un texte, vous devez l’adresser au
format RTF à vagabondsdureve@gmail.com.

Le site : http://citronmeringue.com
Le forum : http://forum.citronmeringue.com/viewforum.php?f=24
Page FaceBook :
http://www.facebook.com/pages/Les-Vagabonds-du-Reve/130770890312043

Allez y faire un tour !

De la lecture !

Le 8ème roman de mon amie Anna Galore est disponible en téléchargement gratuit depuis ce matin. Intitulé « La veuve obscure », il est le deuxième tome de sa troisième trilogie « le très lumineux secret ».

Sur son site, vous pourrez trouver les deux premières trilogies en intégralité (avec la possibilité de commander la deuxième trilogie au format papier).

N’hésitez pas, les romans d’Anna sont envoûtants et passionnants !

Le site d’Anna Galore, où vous pourrez télécharger ses romans.

Coup de coeur à Fleur de Cent-Lys

Ça fait un bon bout de temps que je voulais vous parler de cette jeune et talentueuse artiste, rencontrée sur le net. Et cette fois, je me lance !

J’ai découvert Fleur grâce au roman qu’elle a mis en ligne, partie après partie, sur son site. Un magnifique roman, émouvant, passionnant : la Lune et le Soir. Il est à présent disponible en intégralité, donc, foncez !

Fleur ne s’est pas contentée de proposer des pdf, elle a mis à disposition des lecteurs d’autres formats de fichier, dont le format eBook Reader, ainsi que des podcasts. A une époque, des lecteurs des Enfants de l’Ô m’avaient demandé si je comptais un jour proposer des podcasts de mes chapitres. Je me suis empressée de donner une réponse négative : un boulot monstre, et surtout, il faut avoir un vrai talent de conteur. Ce talent, Fleur l’a, clairement. Ceux qui aiment les livres audio, ne passez pas à côté !

Sur son site, vous pourrez découvrir des extraits de ses autres textes, mais pas seulement ; Fleur est une artiste accomplie, touche-à-tout (et toujours avec talent) : tour à tour écrivain, actrice, compositrice, musicienne, chanteuse… Il faut absolument que vous alliez écouter les chansons qu’elle a composées, elles valent vraiment le détour !

Bref, vous l’aurez compris, je suis emballée par le talent de cette jeune femme, et je vous invite à aller la découvrir sur son site, car elle le mérite amplement !

Décalages technologiques et culturels

Ayant vécu entre 1996 et 2004 de ma plume en tant que journaliste (critique de jeux vidéo, pour être précis), puis étant devenu auteur par la suite, j’ai souvent à cœur de défendre le fait, pour un auteur, d’être rémunéré pour chaque œuvre qu’il rédige. Il est bien établi de nos jours que demander de l’argent en échange de l’autorisation d’accéder à un contenu textuel, n’est pas une pratique courante sur le net. En tout cas, c’est un modèle économique très largement minoritaire par rapport aux sites et aux blogs où on accède « gratuitement » (entre guillemets car les frais d’hébergement et d’équipement entrent en ligne de compte) au texte et à l’information. Il s’agit là de ce qu’on pourrait appeler un fait culturel. Cet idéal du tout gratuit a conduit dans les dernières années de nombreux auteurs à proposer des textes, nouvelles et parfois romans dans leur intégralité, gratuitement. Il peut s’agir d’un choix tout à fait respectable et raisonné, reposant sur l’élaboration d’une œuvre en ligne avec le concours et les suggestions des Internautes. Il peut s’agir d’offrir à ses proches son travail littéraire. Là encore, rien à redire. J’ai moi-même fait l’expérience de mettre en disponibilité gratuite, durant une période d’un an, un recueil de nouvelles de science-fiction. A l’exception d’un site dédié à la lecture en ligne du nom d’In Libro Veritas, où le recueil a été pas mal lu, j’ai pu constater que le nombre de téléchargements gratuits n’était supérieur aux ventes physiques que dans un rapport de 60/40, et donc ne boostait pas la notoriété du livre autant que je l’aurais cru initialement. En faisant cette expérience, j’avais conscience de participer à cet idéal finalement assez fallacieux du tout gratuit, ce qui me mettait mal à l’aise. C’est peut-être une mentalité d’arrière-garde, mais j’ai toujours pensé qu’offrir des objets – fut-ce des objets intellectuels – à n’importe quel passant en dépréciait la valeur. Dans mon esprit, la masse d’œuvres gratuites présentes sur le Net, leur profusion a tendance à faire germer l’idée inconsciente que les textes poussent dans les champs qui bordent les autoroutes de l’information aussi naturellement que le blé dans nos campagnes.

Le problème, c’est que même pour faire pousser du blé, il faut de la main-d’œuvre. Il y a là un décalage entre la gratuité des œuvres et le travail qu’elles occasionnent. Un décalage culturel.

La même tendance à la gratuité existait déjà pour les morceaux de musique en téléchargement… à une différence notable près : avec l’arrivée des lecteurs MP3, les artistes ont commencé à avoir la possibilité de requalifier leur musique. Un morceau ne servait plus uniquement de décoration auditive à un site, mais pouvait faire office de produit d’appel pour tout un album qui viendrait occuper les mémoires des lecteurs MP3. Evidemment, la musique demeurant numérique, le piratage reste très tentant. Mais les chiffres (+16 % de vente de morceaux téléchargés en 2007) prouvent qu’une économie numérique de la musique est possible. La grande leçon, c’est qu’il aura fallu que des objets technologiques (les lecteurs MP3) naissent pour qu’un contenu immatériel dévalorisé regagne de la valeur.

Quel rapport avec le livre ? Eh bien cela tient en un mot, l’électrophorétique. L’électrophorétique, c’est la technologie de l’encre numérique qui rend possible la fabrication de lecteurs d’e-book (on peut aussi dire e-reader ou livrel) à des résolutions au moins aussi bonnes que les imprimés papier. Dans le numéro d’automne de la revue Médias, on nous annonce une baisse possible des prix des lecteurs d’e-books pour la fin d’année. On se situerait alors entre 150 et 300 euros pour un lecteur d’e-book capable de lire du .doc, du PDF ou du PRC (une technologie propriétaire inventée par Mobipocket). Toujours selon Médias, en Chine, la production de masse des fameux e-readers a déjà commencé. Quatre-vingt pour cent des éditeurs y proposent leur catalogue en version numérique. Le gouvernement chinois souhaite remplacer tous les manuels scolaires par des supports numériques à partir de 2012, pour des raisons à la fois économiques et environnementales.

En Europe, à Dresde, non seulement la société Plastic Logic a investi 96 millions d’euros dans la construction d’une usine, mais elle propose déjà un nouveau modèle d’e-reader grand format . Et en France, une expérimentation de prêt de lecteurs d’e-book s’est déjà mise en place à la bibliothèque universitaire d’Angers.

On est donc à l’aube d’une nouvelle révolution, qui devrait réduire encore plus drastiquement le nombre de journaux et revues papier, et augmenter le volume de leur version numérique. En contrepartie, on peut penser qu’il apparaîtra plus logique aux gens de payer pour quelque chose qui va approvisionner leur lecteur d’e-book, que pour l’accès à un simple site sur Internet. Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, il existe déjà des formules d’abonnement à des journaux téléchargés à distance sur le Kindle, un lecteur d’e-book.

Michaël Dahan, co-fondateur du Bookeen rencontré au salon du livre de Paris 2008, se plaignait de l’absence de contenu numérique (moins de 10 000 livres français sont accessibles actuellement dans leur version e-book) pour ses machines. Un véritable paradoxe à l’heure d’Internet… Eh bien la bonne nouvelle, c’est qu’à l’image d’initiatives telles Babelpocket (librairie en ligne de vente d’e-books de Science-Fiction, Fantasy et Fantastique sans DRM), les auteurs ont désormais la possibilité de se regrouper et de proposer du contenu. Et de se faire, enfin, rétribuer pour ce qu’ils écrivent…

Que du bonheur pour le collectif Babelpocket

J’ai l’honneur de vous annoncer que, dès demain, toutes les « liseuses » Bookeen Cybook3 livrables en francophonie contiendront l’intégralité du premier Tome de la « Série du Portail » de JPJ, ainsi que 9 autres oeuvres dont la nouvelle « Brad 2051″ de Vanessa, sans oublier bien sûr une nouvelle d’Irène Delse ‘ »Et si la faim venait.. » et sept autres textes du collectif d’auteurs de SFFF Babelpocket.

Liste des auteurs Titre
Emmanuel Guillot Confrontation
Fabrice Chotin Le mot de la fin
Fred Vasseur Exquise angoisse
Irène Delse Et si la faim venait…
J-P Julhes Les Colombes du Portail
Jacques Paionni Lui, le prophète.
L-V Cervera Merino Myriol le magnifique
Macha Sener &
Stéphane Thomas Mission Zibeon
Sylvie Parthenay Luna
Vanessa du Frat Brad 2051

Journal Officiel
http://bookeenfr.blogspot.com/2008/05/un-plus-pour-les-francophones.html

http://www.babelpocket.fr/

iLiad – les softwares


Table des matières pour iLiad

  1. iLiad
  2. iLiad, les nouvelles photos !
  3. iLiad – les softwares

Après vous avoir présenté deux séries de photos sur l’iLiad et ce qu’on pouvait faire avec, voici quelques photos montrant les applications que l’on peut installer dessus. Evidemment, on risque de tout planter, comme je l’ai fait, mais c’est toujours le problème quand on va bidouiller dans un système de type Linux. Et en plus, je suis une bidouilleuse, donc double risque :) (je n’ai jamais réussi à faire fonctionner un système Linux plus de 2 jours sur mon ordi)

Dans les applications que j’ai installées, Abiword, une version opensource de Word, et Mozilla Minimo, un navigateur internet. J’ai également installé FBReader, qui permet de lire toutes sortes de formats de fichiers, mais je n’ai pas encore pris de photos. Cela ne saurait tarder.

Je connais très mal Abiword, donc si vous avez des infos sur ce soft, n’hésitez pas !

iLiad, les nouvelles photos !


Table des matières pour iLiad

  1. iLiad
  2. iLiad, les nouvelles photos !
  3. iLiad – les softwares

Après un peu moins de dix jours d’utilisation, voici les nouvelles photos de l’iLiad, ma liseuse de livres électroniques. Ce « gadget » est génial. Contrairement aux autres liseuses, il est accompagné d’un stylet, qui permet de prendre des notes sur les documents pdf. Je l’ai choisie aussi pour son écran 8 pouces, beaucoup plus grands que les écrans 6 pouces des autres liseuses. En plus, il a un écran en 16 niveaux de gris, donc le rendu des photos et des images est meilleur.

On peut installer un terminal Unix dessus (si on sait s’en servir, ce qui n’est pas mon cas, mais mon copain sait) et plein de programmes. Pour l’instant, je ne l’ai pas fait, car la mémoire est malheureusement assez limitée. J’ai commandé une carte mémoire qui devrait arriver bientôt et me permettre d’installer Abiword, par exemple. Je vous en donnerai des nouvelles dès que ce sera fait.

Le stylet permet d’utiliser le clavier, mais également une reconnaissance des caractères, si l’on veut utiliser le bloc à la place du clavier. (je n’ai pas pris de photos, mais je le ferai bientôt) On peut s’en servir pour prendre des notes, lors d’une conférence, par exemple, ou quand on a une inspiration soudaine. Il existe différents « modèles » de blocs : blanc, ligné, à carreaux. On peut en rajouter d’autres, évidemment.

Pour continuer sur la lancée du stylet : il est possible de choisir la couleur du trait, ainsi que son épaisseur. La gomme permet ensuite d’effacer le tout. D’après le manuel, lorsque le stylet est sorti de son encoche, cela active l’écran tactile (technologie Wacom), et lorsqu’on le remet à sa place, l’écran est désactivé, ce qui permet d’économiser la batterie.

En parlant de la batterie, je n’ai pas encore pu vraiment la tester jusqu’à ses limites. Pour le moment, elle est encore à deux tiers chargée. Les autres liseuses tiennent plus longtemps en batterie, et la durée limitée de celle-ci est souvent citée dans les articles concernant l’iLiad. De mon côté, je préfère avoir toutes les super fonctionnalités de l’iLiad et une batterie que je dois recharger plus souvent qu’une liseuse qui tient trente jours sans recharge mais qui ne me permet pas la lecture de pdf ou la prise de notes.

La lecture des documents pdf est un rêve, même au format A4. Un format A5 serait encore mieux, mais pour le moment, je n’ai mis que des A4 sur l’iLiad. On peut zoomer, on peut passer en affichage horizontal, et surtout, on peut prendre des notes et mettre des commentaires ! Après, on peut fusionner les notes au document. Je n’ai pas encore essayé, mais ça ne saurait tarder.

Le format Mobipocket (prc) est très pratique : on peut agrandir ou réduire la taille de la police à volonté. Je pense qu’on peut également changer la police, mais je n’ai pas encore essayé. En revanche, le format Mobipocket ne permet pas la prise de notes. Donc, très utile pour simplement lire, mais pour l’annotation de documents, le pdf est le format idéal.

A part ça, j’ai testé aujourd’hui l’écran en plein soleil, la lisibilité est identique à celle d’un livre format papier. Contrairement à un écran rétroéclairé, il n’y a pas de changement de luminosité, que l’iLiad soit allumé ou éteint. La technologie e-paper est vraiment révolutionnaire. Pas de reflet, on peut l’incliner comme on veut, la lisibilité reste parfaite. Point négatif : comme pour les livres papier, il n’est pas possible dans lire dans l’obscurité.

Parlons maintenant de la connectivité : l’iLiad peut se connecter au réseau avec un câble, au moyen d’une adresse IP statique ou dynamique, et peut également se connecter en Wifi, cette fois-ci seulement au moyen d’une adresse IP dynamique (mais je pense que la prochaine version du programme interne remédiera à cela). Je n’ai pas essayé de naviguer sur internet, paraît que c’est possible. On le connecte au PC via un câble USB.

Niveau mémoire : la mémoire interne est limitée. 128Mo, si je ne me trompe pas. Mais on peut l’augmenter de plusieurs manières : un slot pour des cartes Compact Flash, un slot pour les cartes MMC, un slot pour une clé USB.

Il y a une prise audio, qui permet d’écouter des mp3. Je n’ai pas essayé, vu que j’ai un iPod, je ne pense pas que je mettrai de la musique sur mon iLiad, je ne vois pas trop l’intérêt, mais pour le test, je ferai peut-être l’essai.

Je crois que c’est tout pour cette petite « review » de l’iLiad. Si vous avez des questions, n’hésitez pas ! Evidemment, je mettrai d’autres articles au fur et à mesure de ma prise en main de cette liseuse électronique, ainsi que d’autres photos.

Une petite note exprès pour François : il existe apparemment une fourre étanche, qui permet de prendre l’iLiad sous l’eau jusqu’à 5m de profond et de s’en servir. Pour les gens qui aiment la plongée sous-marine, c’est sûrement très utile, mais pour les gens qui aiment lire dans leur bain (comme moi), c’est idéal. Donc, si tu fais tomber ta liseuse dans l’eau, elle fonctionnera encore.

iLiad


Table des matières pour iLiad

  1. iLiad
  2. iLiad, les nouvelles photos !
  3. iLiad – les softwares

Voilà, j’ai craqué ! Après plusieurs années à hésiter à cause du prix assez élevé de ces « liseuses électroniques », je me suis laissée tenter par l’iLiad :) Surtout qu’en plus, c’était un cadeau, d’une personne que j’apprécie vraiment. J’ai passé ma commande mercredi dernier, le site indiquait un délai minimum de deux semaines à cause des nombreuses demandes, mais surprise, la bête est arrivée lundi matin, soit cinq jours plus tard. Par contre, le paquet est arrivé chez mes parents, à mon adresse de facturation, au lieu de l’adresse de destination que j’avais pourtant spécifiée. Heureusement, ils ne m’ont pas fait payer la TVA ;)

Ma mère m’a fait la surprise en m’amenant le carton mardi matin. Du coup, je me suis dit que j’allais faire un petit « pas à pas » de l’ouverture de la boîte. C’est débile, je sais, mais je trouvais ça marrant. Comme je n’étais pas là la moitié de la journée, ni aujourd’hui (salon du livre de Genève), je n’ai encore installé aucun eBook dessus, mais ça ne saurait tarder ! En revanche, je me suis déjà bien amusée avec le stylet ! Il est vraiment super, l’iLiad a même reconnu mon écriture hiéroglyphique. Mais bon, pour le moment, je vais me contenter de vous montrer les premières photos, les autres suivront, avec davantage de détails.

Livres électroniques

Je viens de voir une petite émission sur les livres électroniques destinée à la télévision suisse. On y parle de liseuses, de livres électroniques, et de la mort « potentielle » des livres papier. On a pu voir l’iLiad, le Sony Reader (dont le logo avait été soigneusement dissimulé), le Cybook, ainsi que le Kindle, mais seul ce dernier a réellement été « présenté » : pas un mot sur les trois autres, des images, certes, mais pas de nom, pas de détail. Alors que dans le cas du Kindle, on a bien insisté pour dire que c’était le bébé d’Amazon. Je me demande quels accords ils ont signé avec cette entreprise.

Certains ont peur pour l’avenir des librairies, d’autres semblent penser que le format « livre électronique » sera un flop. Personnellement, je crois que le livre électronique a un avenir, et je le crois depuis de longues années, ce qui est aussi une des raisons pour lesquelles j’ai proposé LEÔ en version pdf à l’époque.

Je vais bientôt être l’heureuse propriétaire d’une liseuse, l’iLiad, de iRex. Je vous en parlerai dès que je la recevrai. Mais pour en revenir à ce reportage, j’ai trouvé qu’il ne mettait pas assez en valeur les liseuses, et beaucoup trop l’accent sur la disparition potentielle des livres papier.

En outre, gros moment d’incrédulité alors qu’ils font la pub d’un site dont je ne mettrai pas l’url ici, parce qu’ils ne méritent même pas les quelques visiteurs supplémentaires que leur apporterait ce blog. Ce site, au design très moche (oui, je sais, mon gros défaut, c’est qu’en tant que webdesigner, je ne peux pas m’empêcher de juger les sites des autres), propose une « plateforme de publication », pour la modique somme de 150 chf (environ 90€) par auteur. Ladite plateforme (site archaïque et extrêmement mal conçu) est une simple page qui propose des téléchargements pour les auteurs présents. On ne sait pas trop où passent les 150 chf. Hébergement ? Allons bon. Marketing ? Publicité ? Euh…

« Il s’agit bien d’auto-édition à ne pas confondre avec l’édition à compte d’auteur. » Oui, c’est sûr. L’autoédition, c’est tout à fait ça. Pour moi, de l’autoédition, c’est quand un auteur entreprend toutes les démarches en vue de la parution d’un livre PAPIER, et pas quand un pseudo auteur envoie un fichier .doc à un prestataire de services pour qu’il le transforme en pdf et le mette sur son horrible site. Ce genre d’affirmations me sidère. Pour moi, quelque chose d’aussi mauvais a de nombreuses conséquences :

  • tous les gens qui ont suivi cette émission vont aussitôt avoir une mauvaise image des livres électroniques
  • ces mêmes personnes vont également avoir une mauvaise opinion de l’autoédition, alors que ce site n’a rien à voir avec l’autoédition
  • quelques auteurs désespérés vont donner 150 chf à ces charlatans en croyant accéder à la gloire éternelle

Bref. Apparemment, les livres électroniques ne seront pas présents au salon du livre de Genève, qui ouvrira ses portes après-demain. Et ce n’est pas avec des émissions comme celle que je viens de voir que l’opinion publique sur le livre électronique changera.

Moins d’intermédiaires avec Babelpocket

L’idée de Babelpocket est née sur le forum Babel, lieu d’entraides entre auteurs de SF, Fantasy et Fantastique tel que nous étions plusieurs à le rêver. Nous estimions en effet que la mise en commun de ressources s’avérait bien plus bénéfique pour des auteurs que l’individualisme, le repli sur soi ou l’esprit de concurrence.

J’ai été l’un des instigateurs de Babelpocket, librairie en ligne de Fantasy Fantastique et Science Fiction. Dans mon esprit, Babelpocket est un outil, un outil à destination des auteurs. Objectif : leur permettre de toucher directement, sans aucun intermédiaire le produit de leurs ventes d’e-book. Cette volonté de vendre sans intermédiaire ne procède pas, en tout cas en ce qui me concerne, d’un dénigrement de la chaîne du livre, dont l’avenir n’est pas remis en cause, mais bien du simple constat que la technologie et Internet permettent, dans une certaine mesure, de se passer des intermédiaires, lesquels font monter le prix du livre et réduisent la diffusion culturelle à un happy few forcément arbitraire. Il s’agit aussi de développer l’idée d’un rapprochement entre auteur et lecteur.

Pour les lecteurs, c’est une librairie d’e-books, avec également des liens pour commander les livres papier sur les sites indiqués par les auteurs s’il y a lieu. Le site a été conçu, non pour séduire les auteurs (à la différence d’un site comme lulu dont c’est clairement le but), mais bien pour essayer de toucher les lecteurs qui souhaitent se lancer dans la lecture d’e-book. Le site Mobipocket m’a servi d’exemple, mais on ne peut pas dire que cette version de Babelpocket soit une version définitive. Un peu à la manière des logiciels Open Source, il s’agit d’une webbrairie en Open Source, à la disposition des webmasters auteurs qui souhaitent l’améliorer.
L’un des buts est de retrouver très facilement les oeuvres des auteurs. Pour éviter qu’ils soient noyés dans la masse, et par souci de cohésion des genres, le site se contente donc d’accueillir les romans de SF, Fantasy et Fantastique. L’objectif de créer un lien plus rapproché avec le lecteur passe par une présentation plus personnelle des auteurs.

Compte tenu du contexte actuel, Babelpocket représente un placement sur l’avenir pour les auteurs, en attendant que les e-books décollent. C’est déjà le cas aux Etats-Unis avec les e-books du Kindle. En France, il faudra attendre que le prix des liseuses électroniques type Bookeen baisse. A noter qu’il est aussi possible de lire sur certains téléphones portables, d’où le sous-titre du site, « De l’imaginaire sur vos téléphones portables. »
Si le concept vous intéresse, vous pouvez me contacter via le forum Babel la Ghilde des Mondes , par MP (Eguillot) : http://babel-lgdm.forumpro.fr/index.htm Bien qu’en pleine correction/réécriture de mon prochain roman, je ferai de mon mieux pour vous apporter des éclaircissements si nécessaire.

J’aimerais aussi renvoyer à cet article de Marc Autret, qui résume assez bien la philosophie du site (article “allô l’imaginaire ?”) : http://marcautret.free.fr/news/2008/nw0802.php