Archives du mot-clé formation

Formation M D Mots

Bonjour à tous et à toutes,

Envie de devenir correcteur professionnel, M D Mots vous propose de suivre par correspondance une préparation au métier de correcteur-relecteur-réviseur afin que vous puissiez justifier ensuite de votre formation auprès des professionnels (édition, communication, presse, etc.).

Correctrice professionnelle (formée au CEC), éditrice, chargée de cours universitaire en expression écrite et orale, et animatrice d’un atelier lecture dans un foyer de personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer et de démence, j’ai créé M D Mots (déclaration d’activité enregistrée sous le numéro 21510154351 auprès du préfet de région de Champagne-Ardenne), il y a un peu plus d’un an.

Passionnée de lecture et d’écriture, j’œuvre depuis plusieurs années pour défendre une langue de qualité, d’une part, et pour faire connaitre et reconnaitre le métier de correcteur, d’autre part.

Forte de mes années d’expérience dans le milieu de l’édition en tant que correctrice et éditrice, j’ai eu envie de mettre en place une formation qui « colle » parfaitement au métier, et où la communication est présente.

Dispensés par correspondance sur une période de 6 mois, les cours sont clairs, précis, illustrés de nombreux exemples et les devoirs bénéficient d’une double correction. Chaque retour est accompagné d’une correction classique accompagnée d’une synthèse personnalisée où tous les points à revoir sont soulignés et où sont fournies, si nécessaire, des explications complémentaires…

Toute question posée par mail a une réponse dans la journée et je suis également joignable par téléphone.

Cette formation est donc à la fois très professionnelle tout en gardant sa dimension humaine.

Les cours et exercices portent sur l’orthographe, la grammaire, l’écriture, la réécriture (initiation), l’orthotypographie et la mise en page.

Un cours et un devoir sont envoyés tous les 15 jours par voie postale ou par mail, soit au total : 12 cours, 12 devoirs, un test intermédiaire et un test final dont le corrigé sera accompagné de l’attestation de fin de formation.

Au contrat d’inscription est joint un test d’admission préalable (non éliminatoire) pour simplement évaluer le niveau du demandeur.

Les tarifs sont les suivants :

— Pour les particuliers : 1 000 € (300 € à l’inscription et 4 chèques de 175 €) ou 1 500 € en cas de prise en charge par un organisme de financement.

Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Chaque formation démarre 7 jours après la signature du contrat tout au long de l’année (pas de dates de sessions).

Vous pouvez me joindre par mail : mdmots@hotmail.fr ou par téléphone : 06 16 81 73 90

À bientôt, j’espère

Martine Drouart-Meys

Formacom

La formation de lecteur-correcteur dispensée par Formacom est ouverte à une quarantaine de candidats par promotion, issus de tous horizons. Les deux principales modalités d’accès en sont : le financement, qui s’élève à une forte somme, et un test qui mêle orthographe, grammaire, lecture critique et culture générale. Celui-ci est loin d’être facile : je l’ai préparé pendant six mois, pour ma part.

La formation est issue du syndicat des correcteurs et reconnue dans le monde de la presse et de l’édition. Elle existe depuis 30 ans (ex-Coforma).

Voici le déroulement de l’enseignement sur six mois (780 heures) : le premier mois est consacré à l’apprentissage des bases du code typographique : distribution des capitales, traitement des nombres, emploi de l’italique, des petites capitales, etc. Au quatrième mois est confectionnée une brochure de huit pages : réalisation des coupes, enrichissement typo, iconographie, mise en page sur logiciel X-Press et rédaction de l’éditorial. C’est un temps fort qui permet de mettre en application le fameux code. L’apprentissage des logiciels est sans conteste l’un des avantages de cette formation sur d’autres offres : Word, X-Press, InDesign, Prolexis. Enfin, à l’issue des six mois est organisé un examen pour l’obtention du titre professionnel, enregistré au Répertoire national des certifications professionnelles

Les cours alternent des exercices d’orthotypo avec le grand Jean-Pierre Colignon ; des points difficiles de grammaire ; des exercices de lecture critique ; des modules de correction et des monitorats (par exemple, un correcteur du Monde diplomatique est venu animer quatre séances ; une correctrice spécialisée nous a parlé de la com, etc.). Ils permettent d’acquérir progressivement ce qui fait la pierre d’angle du métier : une méthode de questionnement.

J’ai vraiment aimé être confronté à la singularité de chacun des enseignants : au total une quinzaine d’intervenants et autant de styles, de manières d’envisager la correction et de faire un monde ; une vingtaine d’intervenants toutes matières confondues.

Qu’en est-il du travail dans la « vraie vie » (expression consacrée pendant la formation) ? Formacom suit ses élèves pendant un an, en leur fournissant régulièrement les offres que l’école reçoit. J’ai eu, pour ma part, une première année difficile, avec seulement une expérience en presse. J’ai fondé ma micro-entreprise dernièrement : j’ai eu trois commandes émanant de particuliers, depuis le 15 septembre. À chacun de faire son chemin ! 

voir mon site, consacré à la correction et à la littérature : http://www.lamaisondecorrection.blogspot.com

 

 

Le métier de correcteur : troisième partie


Table des matières pour Correction

  1. Le métier de correcteur
  2. Le métier de correcteur – deuxième partie
  3. Le métier de correcteur : troisième partie

QUI SONT LES CLIENTS OU LES EMPLOYEURS D’UN CORRECTEUR ?

– les maisons d’édition
– de plus en plus souvent, les auteurs eux-mêmes, car ils veulent mettre toutes les chances de leurs côtés pour être publiés et veulent présenter un manuscrit « propre »
– les agences de Com
– les journaux, revues, magazines et par extension, tout ce qui est imprimé, tout texte destiné à être publié et diffusé : revues, brochures, plaquettes, rapports divers, guides, mémoires, discours en tout genre, conférences, presse, livres, scénarii, pages internet, etc. afin que la pensée de leurs auteurs soit toujours exprimée le plus clairement possible avec toute la précision de fond souhaitable.

COMMENT DEVENIR CORRECTEUR ?

Il n’existe pas de diplôme spécifique. Il est recommandé toutefois de suivre un stage de formation proposé par un organisme spécialisé. Le niveau minimum exigé est le bac, mais les stagiaires ont couramment un niveau bac + 2 à bac + 4.

FORMACOM — 19, Rue Honoré d’Estienne d’Orves — 93500 PANTIN
Site web : formacom.org

CENTRE D’ÉCRITURE & DE COMMUNICATION — 6, Rue Laplace — 75005 PARIS
(Possibilité de cours par correspondance)
Site web : centreec.com

ÉVOLUTION POSSIBLE

À condition de maîtriser parfaitement la langue française, la réécriture et la rédaction, vous pouvez évoluer vers des métiers proches, tels que secrétaire de rédaction ou assistant d’édition. Vous pouvez également exercer dans la presse, en agence de communication ou en imprimerie.