Archives du mot-clé hydromel

Salon du livre de Mouans-Sartoux

Comme vous le saviez, j’étais à Mouans-Sartoux ce week-end, pour le salon du livre. Arrivée vendredi matin chez mon amie Emmanuelle, j’ai fait dodo quasi toute la journée, et quand elle est rentrée du boulot, nous avons fait les boutiques, comme de vraies nanas que nous sommes. Nous avons toutes les deux craqué sur un chouette tailleur, le même mais pas la même couleur, que nous avons décidé de mettre le lendemain pour le salon. Bon, je vous passe le détail du shopping, pour parler de ce qui vous intéresse (ou pas), le salon du livre de Mouans-Sartoux.

Samedi matin, réveil très tard, petit déj’, on se prépare, et hop, départ pour le salon. Pour se garer, c’est la galère totale, mais heureusement, Emma maîtrise vachement mieux la conduite que moi (en même temps, c’est pas dur). Coup de fil de Merlin, que j’avais prévu de voir sur le salon. Il nous fait entrer dans l’illégalité la plus totale (merci !!!), comme ça, nous économisons le prix de l’entrée (bon, c’est un peu de l’abus, parce que c’était vraiment pas cher, 3€ pour les trois jours…).

Aussitôt arrivées, nous commençons déjà à faire nos stars. Photos sur les genoux de Daniel Angelo (que j’avais déjà rencontré aux Nuits), de Pierre Brocchi (qu’Emma m’a présenté), de Gordon Zola, un auteur charmant… Sandwichs sur une terrasse en compagnie de Merlin, puis retour à l’intérieur du bâtiment principal. La foule de fan(nes) hystériques aglutinée autour de Guillaume Musso s’est dispersée, Emma et moi passons donc à l’attaque. Nous n’avons rien lu de lui, ni l’une ni l’autre, nous ne lui achetons pas de livre, puisque nous avons chacune amené un bouquin, que nous lui tendons pour qu’il nous fasse le somptueux cadeau d’une dédicace (d’ailleurs, Guillaume, si vous passez par là, je ne suis pas contente : tout le monde a eu le droit à un « chaleureusement », voire « très chaleureusement », et moi, j’ai juste eu « très bonne lecture » è__é). Avec mon culot naturel, je lui demande si c’est possible de faire une photo (« mais oui, bien sûr ! ») sur ses genoux (« les genoux, c’est un peu trop intime… »). Donc ce sera la photo, à côté de lui. Très sympathique, Guillaume Musso. Je ne peux pas en dire davantage, vu que je n’ai encore pas lu son livre.

La journée se termine rapidement, et dès que le soleil est couché, on caille. Donc, retour maison. Le lendemain, encore une fois réveillées très tard, nous nous faisons belles et top départ. Se garer est encore une fois une épreuve de force, heureusement, le grand Casino et son parking nous sauvent d’une longue quête semée d’embûches. Nous retrouvons tout le monde, nous faisons quelques autres photos, j’ai l’occasion de discuter un peu avec Magali Duez, des éditions Griffe d’Encre, pendant qu’Emma se fait dédicacer Expéron. A 17h, c’est le grand départ de tout le monde, nous accompagnons Gordon à son taxi, avant de revenir dire au revoir à l’équipe de Griffe d’Encre, puis à tous les auteurs que nous avons rencontrés pendant ce salon et que nous reverrons sans doute très bientôt !

Bilan très positif pour ce salon sympathique ! Et voilà les photos :

Les Editions Hydromel

Après deux ans de travail acharné sur le projet, le site des éditions Hydromel a été révélé au grand jour hier soir. Une bien longue gestation, certes, mais justifiable non seulement par le nombre impressionnant d’obstacles et d’imprévus survenus lors de sa création, mais aussi – et surtout – par l’ambition affichée.

En effet, la maison d’édition (à compte d’éditeur) affiche une ligne éditoriale vaste et innovante (au sens propre, Hydromel venant à créer des formats de publication nouveaux) au travers de ses neuf collections – Romans, Recueils, Anthologies, Novellas, Le Laboratoire, Bandes dessinées, Mangas, Albums, Artbooks – ouvertes à tous les genres, la consigne étant simple ; l’originalité. Dans les idées, dans leur traitement, dans les images ; dans les personnages, dans les logiques. Hydromel

Mais Hydromel ne se limite pas à ça ; dans l’optique de proposer de nouveaux services à la communauté littéraire/illustratrice de la websphère, la maison annonce également, outre un forum déjà dynamique, un service de mise en ligne de textes aux auteurs dans un cadre d’échange de critiques et de lectures, plusieurs numéros de son webzine – Encre Dansante, sur le passage du papier – et d’autres sections à venir. En bref, un véritable désir de faire avancer le milieu de la petite édition et de partager dans la bonne humeur avec son petit monde.

Au programme de ces prochains jours ? Déjà, l’ouverture sous peu des soumissions de textes pour la majorité des collections. Puis, nécessairement, plusieurs appels à textes de rigueur – pour une anthologie et pour Encre Dansante, version papier. Ensuite, le dernier opus du webzine, longuement travaillé ; puis… ah! conservons quelques surprises, tout de même !

En tout cas, soyez les bienvenus : au plaisir de vous lire !

http://editions-hydromel.com

Rentrée littéraire aux Buttes-Chaumont

Et voilà la suite de la journée de samedi. Après notre fin de matinée / début d’après-midi à Compiègne, François, Carène, Jean-Christophe et moi nous rendons aux Buttes-Chaumont. Là aussi, il fait froid, mais au moins, il ne pleut pas (encore). Ambiance très sympa, je rencontre Eric Martini et la pétillante Rodica Pop, des éditions Glyphe. C’est l’occasion de discuter un peu avec un de leurs auteurs, Jean-Michel Calvez (STYx). Je retrouve avec plaisir Aurélia, des Editions des Mille Saisons, avec qui j’ai passé le mois d’août à échanger messages et MPs. La grande surprise de la journée, c’est Merlin, que je n’imaginais pas voir à Paris. Du coup, je le prends sadiquement en otage pour faire une photo sur ses genoux. Je fais de même avec Emmanuel Guillot, que je rencontre enfin et dont j’achète le recueil de nouvelles Espace et Spasmes.

Plein de gens sympas, à cette rentrée littéraire, et je regrette un peu d’avoir cédé à la tentation de me réfugier dans le café pour échapper à la nouvelle ère glaciaire qui sévissait dehors. A l’intérieur, c’est Disco et compagnie, une musique assourdissante qui empêche toute conversation normale et que les débiles de propriétaires refusent de baisser (et prennent un malin plaisir à monter à chaque remarque de notre part). Je dois donc hurler pour faire connaissance « en vrai » avec Anne-Laure Daviet, talentueuse écrivain et dessinatrice, dont j’avais déjà parlé il y a longtemps sur le site des Enfants de l’Ô. Elle est notamment l’écrivain derrière les aventures de Chloé Zinalla.

Nous partons ensuite manger en petit groupe, une soirée vraiment très très sympathique. Mais tout le monde est fatigué, et la soirée se finit relativement tôt. De superbes souvenirs, qui vont peut-être finir par me convaincre d’aller au festival d’Andrésy ou à celui de Sèvres… On verra l’état du portefeuille !

Le plus beau spectacle de tous les temps

C’est suffisamment rare pour être signalé : une de mes nouvelles a été publiée dans le 2ème opus du webzine Encre Dansante. A signaler également que la publication de ce webzine concorde également avec le lancement de la maison d’édition Hydromel.

Cette nouvelle me tient particulièrement à coeur, car il s’agit pour moi de ma meilleure nouvelle, avec Brad 2051. Si ça vous intéresse, vous pouvez télécharger ce webzine gratuitement.

A noter que Jean-Christophe Heckers a également publié une nouvelle dans ce fanzine, et qu’elle est excellente ! Je suis sûre que les autres nouvelles sont géniales aussi, mais comme j’écris ce billet quelques minutes après avoir découvert la parution d’Encre Dansante n°2, je ne les ai pas encore lues ! (j’avais lu celle de JC à l’époque, nous nous étions échangé nos nouvelles avant l’envoi)

Bonne lecture, et n’hésitez pas à aller visiter le site des Editions Hydromel et à leur mettre un petit mot !